Affordable Access

Publisher Website

Prévalence des troubles fonctionnels et associations anatomo-fonctionnelles chez les femmes présentant un prolapsus génital

Authors
Journal
Progrès en Urologie
1166-7087
Publisher
Elsevier
Volume
24
Issue
8
Identifiers
DOI: 10.1016/j.purol.2013.11.015
Keywords
  • Prolapsus Génito-Urinaire
  • Troubles Fonctionnels
  • Incontinence Urinaire
  • Symptômes Mictionnels
  • Symptômes Ano-Rectaux
  • Genital Prolapse
  • Functional Symptoms
  • Urinary Incontinence
  • Urinary Symptoms
  • Colo-Rectal Symptoms
Disciplines
  • Geography

Abstract

Résumé Objectifs Les objectifs de cette étude étaient de décrire les caractéristiques cliniques des patientes présentant un prolapsus génital et de rechercher des associations anatomo-fonctionnelles. Patientes et méthodes Étude observationnelle, descriptive et analytique chez toutes les patientes ayant été opérées d’un prolapsus génital entre janvier 2005 et juin 2012 dans un centre hospitalo-universitaire spécialisé. Les données étaient collectées dans un cahier d’observation papier standardisé qui contenait des données démographiques, un interrogatoire sur les troubles fonctionnels, une mesure du handicap urinaire et une évaluation clinique selon la classification de POP-Q (Pelvic Organ Prolapse Quantification). Résultats Trois cent soixante-quatorze patientes ont été incluses. L’âge moyen des patientes était de 65,1ans, la parité moyenne de 2,5 et l’indice de masse corporelle (IMC) moyen de 25,4. Ces patientes étaient ménopausées dans 92,5 % des cas. La prévalence des symptômes mictionnels étaient : incontinence urinaire d’effort (IUE) dans 30,5 % des cas, urgenturies dans 44,4 % des cas et dysurie dans 38,8 % des cas. Sur le plan ano-rectal, la dyschésie et l’incontinence anale étaient associées au prolapsus dans 25,1 et 18,5 % des cas, respectivement. Concernant l’examen clinique, les prolapsus de l’étage antérieur étaient les plus fréquents (74,1 %). Les patientes qui présentaient une cystocèle sévère (stade 3 ou 4) avaient significativement plus de nycturie (p=0,04), plus de dysurie (p=0,04), et plus d’incontinence urinaire (IU) masquée (p<0,001). Les patientes qui présentaient une rectocèle avaient significativement plus de constipation terminale (p=0,005) et réalisaient plus de manœuvres (p<0,001). Conclusion Cette étude montre que les signes fonctionnels urinaires et ano-rectaux sont fréquents chez les patientes présentant un prolapsus génital. Des associations anatomo-fonctionnelles ont été retrouvées entre les différents types et stades de prolapsus. Niveau de preuve 4.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.