Affordable Access

Dans quelle mesure la participation citoyenne peut-elle permettre d'améliorer l'appropriation locale des projets éoliens ? Le cas d'Heume-l'Église

Authors
  • Blay, Anthony
Publication Date
Sep 24, 2020
Source
Hal-Diderot
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

La France ambitionne de doubler sa puissance éolienne installée d’ici 2028. Pour atteindre cet objectif de nombreux parcs éoliens vont devoir s’implanter sur le territoire, ce qui pose la question de l’acceptation locale de ces derniers. Les projets éoliens étant de véritables projets de territoire, on est en droit de viser un degré supérieur d’intégration : l’appropriation locale. Si la participation citoyenne est un impératif au développement de projets éoliens ancrés localement, elle peut prendre différentes formes n’impliquant pas le même degré d’engagement. On distingue classiquement les projets incluant une fraction de financement participatif ne donnant pas accès à la gouvernance, d’une part ; et les projets à gouvernance locale, encore appelés projets citoyens, de l’autre. Enfin, la concertation, voire la co-construction, autour d’un projet éolien est une autre forme de participation citoyenne. C’est dans cette philosophie de concertation que s’inscrit la démarche Energie Projet Commun (EPC, marque déposée par Solaterra). Elle a été initiée à Heume-l’Église en 2019. Après une présentation du potentiel en énergie renouvelable de la commune au conseil municipal, une phase de concertation a permis d’identifier le paysage comme le principal enjeu du territoire. Une pré-étude paysagère a ensuite permis de distinguer une zone préférentielle d’implantation. Cette étude de cas illustre l’impact que la concertation peut avoir sur l’appropriation locale d’un projet éolien.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times