Affordable Access

Philosophie mathématique. Dissertation sur la langue des sciences en général, et en particulier sur la langue des mathématiques

Publication Date
Disciplines
  • Mathematics

Abstract

Philosophie mathématique. Dissertation sur la langue des sciences en général, et en particulier sur la langue des mathématiques Philosophiemathématique. Dissertation sur la langue des sciences en général, et en particulier sur la langue desmathématiques Annales de Mathématiques pures et appliquées, tome 12 (1821-1822), p. 322-359. <http://www.numdam.org/item?id=AMPA_1821-1822__12__322_0> © Annales de Mathématiques pures et appliquées, 1821-1822, tous droits réservés. L’accès aux archives de la revue « Annales de Mathématiques pures et appliquées » implique l’accord avec les conditions générales d’utilisation (http://www.numdam.org/legal.php). Toute utilisation commerciale ou impression systématique est constitutive d’une infraction pénale. Toute copie ou impression de ce fichier doit contenir la présente mention de copyright. Article numérisé dans le cadre du programme Numérisation de documents anciens mathématiques http://www.numdam.org/ 322 PHILOSOPHIE MATHÉMATIQUE. Dissertation sur la langue des sciences en général , et en particulier sur la langue des mathématiques ; DE LA LANGUE Par un ABONNE. SANS admettre avec Cbndillac , que -toute science se réduise uniquement à une langue Lien faite , on ne saurait pourtant sans fermer les yeux à l’évidence la plus manifeste, méconnaître la toute-puissante influence des signes sur les idées, des langues sur les opérations de l’intelligence ; et même , si quelque chose a lieu de surprendre, c’est que cette influence ait été si long-temps inaperçue ; c’est que l’on ait ’tant tardé à découvrir que le langage n’est pas moins l’instrument que le signe de la pensée ; c’est , en un mot , qu’une vérité de cet ordre , dont les preuves se manifestent sans cesse en mille façons diverses il l’esprit le moins attentif, et dont les conséquences sont si nombreuses et si importantes ait pourtant échappé , pendant deux mille ans , a la sagacité de tant d’hommes voués par goût ou par état à l’étude des langues et de la méta-physique; de t

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.