Affordable Access

Ça mange quoi, un clown? Soliloque d’une dinosaure

Authors
Publisher
Cahiers de théâtre Jeu inc.
Publication Date
Disciplines
  • Political Science

Abstract

Ça mange quoi, un clown? Soliloque d’une dinosaure Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Article Valérie Fratellini Jeu : revue de théâtre, n° 104, (3) 2002, p. 109-115. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/26410ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 15 February 2014 07:36 « Ça mange quoi, un clown? Soliloque d’une dinosaure » _ VALÉRIE FRATELLINI Ça mange quoi, un clown ? Soliloque d'une dinosaure Valérie Fratellini et sa mère, Annie. Photo tirée de l'ouvrage d'Annie Fratellini, Destin de clown, Lyon, La Manufacture, 1989. J e suis l'arrière-petite-fille de Paul - dit Paolo - , la petite-fille de Victor, la fille d'Annie. On peut dire que mon arrière-grand-père, mon grand-père, ma mère, que mes oncles et tantes étaient clowns. Et moi, je suis quoi ? Eh bien, je ne suis pas clown. J'ai fait le clown. Ce n'est pas parce qu'on a d'illustres aïeux qu'on est pareil. J'ai été clown blanc avec ma mère, Annie Fratellini, pendant vingt-cinq ans, pour lui donner la réplique. En fait, j'étais le faire-valoir de ma mère; c'était elle la vedette, le Clown avec un grand C. Les trois frères Fratellini, mes oncles, étaient de vrais clowns. Albert était magnifique. C'était l'unique, le personnage. Il était l'enfant, l

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.