Affordable Access

Premiers jalons de la constitution d'un inventaire typo-chronologique des éléments de renfort en fer dans la construction médiévale Mosane

Authors
Publisher
Belgique, Liège : Centre Européean d'Archéométrie
Publication Date
Keywords
  • Iron
  • Frame
  • Belgium
  • Fer
  • Charpente
  • Belgique
  • Arts & Humanities :: Archaeology [A01]
  • Arts & Sciences Humaines :: Archéologie [A01]
Disciplines
  • Archaeology

Abstract

1 Cmag01 Premiers jalons de la constitution d'un inventaire typo-chronologique des éléments de renfort en fer dans la construction médiévale Mosane C. Maggi et G. Pagès, en collaboration avec F. Mathis et P. Hoffsummer (ULg) Figure 1 : Plan de répartition de la cinquantaine d’éléments en fer qui renforcent le niveau inférieur de la cathédrale Saint- Paul à Liège. Introduction L’emploi du métal dans l’architecture médiévale a longtemps été décrié et sous-estimé, comme s’il représentait un manque de compétence et une ignorance des règles architecturales. Ainsi, le fer forgé appliqué aux édifices médiévaux ne faisait l’objet que de rares études. Cependant, dans les années 1980, un colloque organisé par Odette Chapelot et Paul Benoit a fait ressortir l’intérêt de rapprocher l’histoire de la métallurgie de celle du bâtiment. Peu à peu, les recherches sur cette problématique se sont intensifiées. Des précurseurs, tels Jean-Louis Taupin, Alain Erlande- Brandenburg et Philippe Dillmann, ont révélé l’importance de ce matériau trop longtemps mis à l’écart. Aujourd’hui, de grands monuments médiévaux, les cathédrales d’Ile de France en particulier, sont revisités avec un regard nouveau sur les techniques de construction. De nouvelles études montrent la grande importance du métal pour la stabilité de ces édifices, considérés dans l’histoire de l’art traditionnelle comme étant avant tout une architecture de pierre savante. C’est ainsi qu’une quarantaine d’utilisations distinctes du fer ont pu être référencées dans les cathédrales de Rouen et de Troyes. Dans le même temps, la question de l’évolution des procédés de production du fer en Europe bénéficie aussi d’un regain d’intérêt. Très récemment, quelques observations intéressantes dans les monuments eux mêmes, les charpentes des églises liégeoises en particulier, ont mis en évidence la présence de fers de renfort datés par le contexte archéologique et la dendrochronologie [1]. Dans la 2

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.