Affordable Access

Publisher Website

Richard Bergeron, Les abus de l'Église d'après Newman. Collection « Recherches », section de théologie, n° 7, Paris, Tournai, Montréal ; Desclée et Cie, Éditions Bellarmin, 1971 (16 X 23.5 cm), 245 pages

Authors
Journal
Laval théologique et philosophique
0023-9054
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Volume
28
Issue
3
Identifiers
DOI: 10.7202/1020321ar
Disciplines
  • Political Science
  • Religious Science

Abstract

Richard Bergeron, Les abus de l'Église d'après Newman. Collection « Recherches », section de théologie, n° 7, Paris, Tournai, Montréal ; Desclée et Cie, Éditions Bellarmin, 1971 (16 X 23.5 cm), 245 pages Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Compte rendu par Jean-Guy Pagé Laval théologique et philosophique, vol. 28, n° 3, 1972, p. 312-313. Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/1020321ar DOI: 10.7202/1020321ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 18 March 2014 03:47 Ouvrage recensé : Richard BERGERON, Les abus de l'Église d'après Newman. Collection « Recherches », section de théologie, n° 7, Paris, Tournai, Montréal ; Desclée et Cie, Éditions Bellarmin, 1971 (16 X 23.5 cm), 245 pages COMPTES RENDUS de tout un donné, à la fois objectif et sub­ jectif ». « Eux seuls peuvent décider, en dernière instance, puisque eux seuls vivent leur relation à l’autre telle qu’elle se pré­ sente, et pèsent leurs capacités et leur chan­ ce de progrès par tel moyen ou tel autre, au nom de ce qu’ils sont l’un et l’autre, au nom de ce qu’ils sont l’un pour l’autre, et réciproquement, et avec leurs enfants. Comment pourrait-on imposer une solution du dehors » dans des situations « inextrica­ blement complexes » ? L’auteur prése

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.