Affordable Access

deepdyve-link
Publisher Website

Complications des traitements traditionnels des traumatismes des membres au CHU Le Bon Samaritain de Walia (N’Djamena, Tchad)

Authors
  • ADENDJINGUE, Daniel Mossalbaye
  • MOUASSEDE, Madengar
  • MADJIREBAYE, Kodjalta
  • SALIA, Omar
  • AMONÉ-NÉ, Doudet Ossoga
Type
Published Article
Journal
Médecine Tropicale et Santé Internationale
Publisher
MTSI
Publication Date
Feb 15, 2022
Volume
2
Issue
1
Identifiers
DOI: 10.48327/mtsi.v2i1.2022.214
PMID: 35685845
PMCID: PMC9128449
Source
PubMed Central
Keywords
Disciplines
  • Surgery
License
Unknown

Abstract

Introduction Le traitement traditionnel des traumatismes des membres par des tradipraticiens est omniprésent dans les sociétés africaines au sud du Sahara. Ces pratiques sont source de nombreuses complications. Cette étude se propose de préciser le profil de ces complications et d’identifier les facteurs favorisant le recours à ces tradipraticiens. Matériel et méthodes Étude descriptive et analytique sur 12 mois, du 1er février 2018 au 31 janvier 2019, concernant tous les patients ayant consulté dans le service de chirurgie du Centre hospitalier universitaire Le Bon Samaritain de N’Djamena (CHUBS) pour une complication de fracture ou de luxation au niveau d’un membre qui avait été prise en charge par un tradipraticien. Le recueil des données a été fait à l’aide d’un questionnaire préétabli avec un recul moyen de 14 mois. Résultats Sur 144 patients atteints de traumatismes des membres, 47 souffraient au moins d’une complication de fracture ou de luxation suite à un traitement traditionnel, soit 33 % des cas. Parmi eux, 32 ont été retenus pour l’étude. L’âge moyen était de 23 ± 3 ans (extrêmes de 10-61) et le sex-ratio de 2,6 en faveur des hommes. La provenance était majoritairement rurale. Les élèves/étudiants et les cultivateurs/éleveurs étaient les plus représentés. Les accidents de la circulation routière étaient les plus rencontrés (n = 20). L’influence de l’entourage (n = 14) a représenté le premier facteur conduisant au choix d’un traitement traditionnel. L’attelle en bois n’immobilisant pas les articulations proximales de la fracture, associée au bandage ischémiant à l’origine des gangrènes, a constitué le premier mode de contention (n = 15). Le délai moyen entre le traumatisme et le début du traitement traditionnel était de 8,5 heures. Le délai moyen entre le traitement traditionnel et la survenue des complications était de 106 jours (extrêmes de 1-302). L’œdème du membre, le cal vicieux, la gangrène et la pseudarthrose ont représenté les complications les plus fréquentes. La lésion initiale a été une fracture fermée dans la plupart des cas (n = 22) avec une prédominance des membres inférieurs (n = 22). La prise en charge hospitalière a été chirurgicale (n = 19) ou orthopédique (n = 13). L’évolution thérapeutique a été bonne, assez bonne ou mauvaise, respectivement dans 24, 2 et 6 cas. Conclusion Les complications des traitements traditionnels des lésions traumatiques des membres sont graves. Une formation des tradipraticiens sur la connaissance des notions élémentaires d’immobilisation et la reconnaissance des signes de gravité, leur collaboration avec les structures de santé ainsi qu’une gratuité des soins dans les services hospitaliers permettraient de réduire ce phénomène. Les médias et réseaux sociaux devraient permettre de toucher un large public.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times