Affordable Access

deepdyve-link
Publisher Website

Collaborative retrospective multicentre series of giant intracavernous carotid aneurysms

Authors
  • Penchet, G.
  • Mourier, K.1, 2
  • 1 Department of Neurosurgery, Pellegrin Tripode Hospital, Bordeaux University Hospital
  • 2 Department of Neurosurgery, Bocage Central Hospital, Dijon University Hospital
Type
Published Article
Journal
Neurochirurgie
Publisher
Elsevier
Publication Date
Jan 01, 2014
Accepted Date
Dec 23, 2013
Identifiers
DOI: 10.1016/j.neuchi.2013.12.004
Source
Elsevier
Keywords
License
Unknown

Abstract

Les anévrysmes carotidiens géants développés dans le sinus caverneux (AGSC) ont une expression clinique très singulière qui résulte d’un phénomène compressif, potentiellement régressif, plutôt qu’à la survenue d’hémorragie par fissuration. De fait, les circonstances de découverte de ces lésions ainsi que leur prise en charge se différencient de celle des anévrysmes intracrâniens sous-arachnoïdiens. L’objectif de cette étude a été d’analyser les caractéristiques cliniques, les propositions thérapeutiques et l’évolution à 6mois d’une série consécutive multicentrique de 27 patients traités pour un AGSC entre 2004 et 2008. Un syndrome pseudo-tumoral du sinus caverneux a été à l’origine du diagnostic dans 25 cas (92,6 %), une céphalée atypique pour 1 cas et une découverte peropératoire pour le dernier. Dans la majorité des situations, il s’agissait d’un anévrysme d’allure sacciforme (89 %) dont la taille était comprise entre 25 et 30mm (66,6 %) et porteur d’un thrombus intra-luminal (57,5 %). Un test de clampage a été réalisé lors de l’artériographie diagnostique pour 24 patients (88,8 %) avec une bonne tolérance à l’occlusion carotidienne constatée pour 16 d’entre eux. Au décours, un traitement endovasculaire a été proposé à 21 patients (66,6 %) ; 17 occlusions du vaisseau porteur et deux poses de coïls aidées ou non par stent ou remodeling. Un pontage temporo-sylvien a été réalisé dans 2 cas (10,5 %) présentant un test de clampage négatif préalablement à l’occlusion carotidienne endovasculaire. Dans 6 cas (22,2%), une abstention thérapeutique a été retenue. Une occlusion carotidienne a été réalisée en urgence après épistaxis massif peropératoire lors d’une voie trans-sphénoïdale pour chirurgie hypophysaire. Après 6mois d’évolution, une récupération des troubles cliniques a été constatée chez 18 (90 %) des 21 patients traités dont 10 (50 %) récupérations complètes des troubles oculomoteurs et pour 4 (66 %) des 6 patients non traités, mais toujours partielles. Aucune aggravation post-procédurale ou spontanée de la symptomatologie n’a été relevée. Cette étude souligne donc l’intérêt du traitement précoce des AGSC symptomatiques pour la récupération optimale des troubles cliniques compressifs même si une récupération spontanée peut être constatée.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times