Affordable Access

deepdyve-link
Publisher Website

CO.91 Quel est la prévalence des adénomes transformés au sein des polypes de moins de 10 mm de diamètre ? Résultats d’une étude mono-centrique prospective

Authors
  • U. Chaput
  • Folgado Alberto
  • Viallon
  • F. Beuvon
  • B. Terris
  • R. Coriat
  • M. Bensoussan
  • H. Roche
  • M. Gaudric
  • F. Prat
  • S. Chaussade
Journal
Gastroentérologie Clinique et Biologique
Publisher
Elsevier
Publication Date
Jan 01, 2009
Volume
33
Issue
3
Identifiers
DOI: 10.1016/s0399-8320(09)73087-8

Abstract

Introduction La coloscopie virtuelle est une technique proposée aux Etats-Unis dans le cadre du dépistage du cancer colorectal. Les dernières recommandations américaines préconisent la réalisation d’une coloscopie chez les patients présentant un polype ≥10 mm et/ou ≥3 polypes dont un ≥6 mm diagnostiqués au colo-scanner. Pour les autres, le choix entre une videocoloscopie et une nouvelle coloscopie virtuelle est laissé à l’appréciation du patient et du médecin. Une étude récente française remet en cause cette attitude puisqu’elle retrouvait 15,6 % d’adénomes transformés parmi les adénomes de 6 à 9 mm diagnostiqués lors de coloscopies effectuées dans le cadre d’une campagne de dépistage du cancer colorectal. Cette fréquence contraste avec les résultats d’études antérieures retrouvant des chiffres d’adénomes transformés beaucoup moins élevés. L’objectif de ce travail était d’étudier la prévalence des adénomes transformés (dysplasie de haut grade, carcinome in situ ou intra muqueux) parmi les polypes de 0 à 9 mm de diamètre. Matériels et Méthodes Tous les comptes rendus endoscopiques et anatomopathologiques des coloscopies réalisées dans notre centre entre septembre 2006 et septembre 2008 ont été collectés. Pour chaque patient, le polype le plus volumineux a été saisi avec ses caractéristiques (taille, siège, architecture, dysplasie). Une fiche de renseignements cliniques (âge, sexe, antécédents familiaux, IMC, Tabagisme, HTA, cholestérol, diabète, maladie coronarienne ou AVC, médicaments…) a été remplie de façon prospective. L’ensemble des examens histologiques a été effectué dans un seul centre d’anatomopathologie. Les patients aux antécédents personnels de maladie inflammatoire intestinale, de polypose colique, de syndrome de Lynch, de Peutz-Jeghers ou présentant un cancer infiltrant ou un polype > 9 mm diagnostiqué par la coloscopie ont été exclus. Les polypes étaient répartis en deux groupes en fonction de leur taille. Les groupes A et B comprenaient respectivement les polypes de 0 à 5 mm et de 6 à 9 mm inclus. Résultats L’étude portait sur 1 468 patients (688 femmes et 780 hommes ; âge moyen = 59,5 ans, écart type 13,8 ans). Les compte-rendus de coloscopies ont été collectés prospectivement, 422 polypes ont été retrouvés dont 303 adénomes. Le groupe A comprenait 348 polypes dont 240 adénomes. Cinq adénomes transformés étaient diagnostiqués soit 1,4 % des polypes et 2,1 % des adénomes de 0 à 5 mm. Le groupe B comprenait 74 polypes dont 63 adénomes. Trois adénomes transformés étaient diagnostiqués soit 4 % des polypes et 4,8 % des adénomes de 6 à 9 mm. Au total, 1,9 % d’adénomes transformés étaient diagnostiqués au sein des polypes infra-centimétriques. Conclusion Parmi les polypes infra-centimétriques, seuls 4,8 % des adénomes de 6 à 9 mm présentaient des signes d’adénomes transformés. Notre étude ne confirme pas le risque élevé d’adénomes transformés dans la population des adénomes dont la taille est comprise entre 6 et 9 mm de diamètre. Elle ne plaide pas en faveur d’une coloscopie optique systématique en cas de diagnostic d’un polype de 6 à 9 mm au coloTDM.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times