Affordable Access

Access to the full text

Profil épidémio-clinique des toxidermies bulleuses chez l’enfant à Abidjan (Côte d’Ivoire)

Authors
  • Kourouma, H. S.1
  • Kouassi, Y. I.1
  • Diabaté, A.1
  • Sangaré, A.1
  • Ecra, E. J.1
  • Kaloga, M.1
  • Gbery, I. P.1
  • Kouassi, A.1
  • Kassi, K.1
  • Yoboué, Y. P.1
  • 1 CHU de Treichville-Abidjan, Service de dermatologie, Abidjan, Côte d’Ivoire , Abidjan (Côte d’Ivoire)
Type
Published Article
Journal
Bulletin de la Société de pathologie exotique
Publisher
Springer Paris
Publication Date
May 05, 2014
Volume
107
Issue
3
Pages
142–145
Identifiers
DOI: 10.1007/s13149-014-0360-y
Source
Springer Nature
Keywords
License
Yellow

Abstract

Les toxidermies bulleuses telles que les syndromes de Stevens Johnson (SJS) et de Lyell semblent moins fréquentes chez l’enfant Cette étude rétrospective à visée descriptive avait pour but de décrire le profil épidémiologique, clinique et étiologique de ces toxidermies chez l’enfant africain au centre de dermatologie du CHU de Treichville d’Abidjan (Côte d’ivoire) pendant 10 ans. Avec 27 cas, les enfants représentaient 14,1 % des toxidermies soit une fréquence hospitalière estimée à 0,01%. Le sex-ratio (H/F) était de 1,2. L’âge moyen était de 10,3 ans. Le SJS avec 18 cas (66,7 %) venait en premier, suivi du syndrome de Lyell avec 9 cas (33,3 %). Les médicaments incriminés étaient dominés par la sulfadoxine-pyriméthamine (25,9 %). Le délai moyen d’apparition des lésions depuis la prise médicamenteuse était de 8,2 jours. Un seul enfant sur les sept dépistés pour le VIH était positif. Trois enfants atteints du syndrome de Lyell (11,1 %) sont décédés.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times