Affordable Access

Chirurgie bariatrique à la Réunion, place du médecin généraliste : analyse de la prise en charge au centre hospitalier de Saint-Paul et du suivi sur deux ans postopératoires associée à une enquête auprès des médecins traitants

Authors
  • Guittard, Léa
Publication Date
May 02, 2018
Source
HAL-Descartes
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

L'essor de la chirurgie bariatrique (CB), traitement efficace de l'obésité morbide, impose une réflexion sur le rôle du médecin traitant dans le suivi, devant le risque de complications tardives et de perdu de vue, notamment à la Réunion où nous n'avons pas d'étude. Objectif : étudier la place du médecin traitant réunionnais dans le parcours de soins d'une CB. Méthodes : il s'agit d'une étude monocentrique, rétrospective, incluant les patients opérés d'une CB, à Saint-Paul, entre le 1/01/13 et le 30/06/15, décrivant les résultats de la CB et le suivi hospitalier sur deux ans, associée à une enquête par questionnaire, auprès de leurs médecins traitants sur leur rôle dans le suivi. Résultats : sur 103 patients, on comptait 72% de by-pass et 28% de sleeve, avec une perte d'IMC de 29,6% à un an, vus 4,6 fois par le chirurgien, 4,2 par la diététicienne, et 2,1 par l'endocrinologue sur deux ans, avec 43% de perdus de vue. Sur 38 questionnaires, les médecins suivaient 2,8 patients opérés et les voyaient régulièrement (≤3 fois/an pour 55,2%). Être consulté avant la décision d'opérer était nécessaire pour 76%. Seuls 45% trouvait l'information délivrée satisfaisante. Pour 76%, le suivi faisait partie de leur rôle en lien avec l'équipe chirurgicale mais leur rôle actuel ne les satisfaisait qu'à 61%. Le taux de méconnaissance des recommandations était de 66% et 58% ne sentaient pas assez formés. Les pratiques étaient variables (surveillance du poids 95%, recherche de complication 68%, de carences nutritionnelles 76%, modification thérapeutique 63%, prescription d'examens 37% et de suppléments vitaminiques 68%). Pour 95%, ils étaient favorables à la création d'un protocole définissant les rôles de chacun et 82% à un carnet de suivi. Conclusion : les médecins généralistes réunionnais sont présents dans le suivi de CB, mais des progrès de coordination permettraient de les intégrer comme véritables partenaires de soins, en offrant un suivi adapté aux problématiques de la CB.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times