Affordable Access

C9 : Le point sur les tentatives d'amélioration apportées à l'I.B.D - Etat d'avancement et perspectives

Authors
  • Coste, Michel
  • Boutry, Sébastien
  • Tison-Rosebery, Juliette
  • Delmas, François
  • Prygiel, J.
Publication Date
Sep 28, 2020
Source
HAL-Descartes
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

L'indice Biologique Diatomées (IBD) mis au point en 1996 (Lenoir & Coste) et normalisé en 2000 (AFNOR N.F. T90-354), conçu pour une utilisation en routine sur l'ensemble du réseau français, a montré un certain nombre de limitations dans son application qui ont été signalées par les concepteurs et les utilisateurs. Les principaux dysfonctionnements recensés sont liés : a) à l'hétérogénéité du jeu de données initial et à sa sous-représentation (1332 relevés) excluant des contextes biogéochimiques naturels ou altérés (pollutions toxiques), b) à la faible représentation des taxons pris en compte lors des calculs pour la mise en évidence des gradients d'anthropisation dans des contextes spécifiques (milieux acides ou estuariens), c) à l'inadéquation de certains appariements de taxons morphologiquement proches mais d'écologie très différente, d) à la prise en compte discutable de formes planctoniques ou peu structurantes dont les exigences ne sont pas encore bien délimitées. Mais la principale critique d'une méthode qui se voulait simple, réside sans doute dans les lacunes importantes concernant à la fois la caractérisation des milieux (notamment toxiques non pris en compte) et la description des biotypes (insuffisante assise en taxons) qui rendent son utilisation peu pertinente dans la définition du bon état écologique et le diagnostic de qualité des stations de référence Cette situation aggravée par des révisions incessantes de la taxinomie et l'apparition de taxons nouvellement décrits, rendait nécessaire et urgente cette tentative de révision non seulement de la liste des taxons à retenir, mais aussi celle de leurs distributions et des profils correspondants. La présente communication fait le point sur les modifications et améliorations apportées à l'outil pour résoudre les principaux points critiques signalés. Outre l'utilisation d'un jeu de données initial ayant gagné en représentativité, l'assise taxonomique a été augmentée et adaptée et les profils écologiques redéfinis en accordant un poids accru aux variables les plus liées au gradient d'anthropisation par rapport aux 14 paramètres initialement considérés. Avec un doublement du nombre de taxons pris en compte, l'outil rénové, parait moins influencé par les gradients naturels et devrait ainsi permettre de mieux répondre aux exigences de court terme de la DCE. Il reste à valider cette nouvelle version sur les nouveaux jeux recueillis par les utilisateurs qui auront à la tester et à la critiquer avant d'envisager une révision de la norme AFNOR.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times