Affordable Access

Publisher Website

SHINN, James. Weaving the Net Conditional Engagement with China. New York, Council on Foreign Relations, 1996, 296 p.

Authors
Journal
Études internationales
0014-2123
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Volume
28
Issue
2
Identifiers
DOI: 10.7202/703770ar
Disciplines
  • Political Science

Abstract

SHINN, James. Weaving the Net Conditional Engagement with China. New York, Council on Foreign Relations, 1996, 296 p. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Compte rendu par Jean-René Chotard Études internationales, vol. 28, n° 2, 1997, p. 441-442. Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/703770ar DOI: 10.7202/703770ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 17 February 2014 12:35 Ouvrage recensé : SHINN, James. Weaving the Net Conditional Engagement with China. New York, Council on Foreign Relations, 1996, 296 p. LIVRES 441 Comment donc expliquer la prédominance des femmes sur les mar- chés ? C'est ce que l'auteure va tenter de faire. Selon elle, deux variables pour- raient répondre à la question: la pre- mière renvoie aux traditions qui allouent dans le cadre de la division du travail entre les sexes, un rôle commercial aux femmes. La deuxième fait référence à l'influence de dynamiques extérieures adaptées au contexte local G. Marshall et B. W. Hodder expliquent le phéno- mène autrement. Pour le premier, les hommes étant occupés aux champs, il ne restait plus que les femmes pour s'occu- per de la commercialisation des produits vivriers. Hodder croit plutôt que si les femmes ont investi les marchés et les

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.