Affordable Access

La fonction thérapeutique de l’écriture et de la lecture : Une entrevue avec Julien Bigras

Authors
Publisher
Les Publications Québec français
Publication Date
Disciplines
  • Medicine
  • Political Science

Abstract

La fonction thérapeutique de l’écriture et de la lecture : une entrevue avec Julien Bigras Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Vital Gadbois Québec français, n° 45, 1982, p. 70-71. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/57047ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 16 February 2014 09:43 « La fonction thérapeutique de l’écriture et de la lecture : une entrevue avec Julien Bigras » Vécriture et Vamourfou ou pourquoi j ^écris par julien bigras E n tan t q u e p s y c h a n a l y s t e et éc r i va in , J u l i e n B i g r a s est t rès c o n s c i e n t d e la f o n c t i o n c a t h a r t i q u e q u e p e u t j o u e r l ' éc r i tu re . A la d e m a n d e q u e n o u s l u i avons fa i te de n o u s d i re p o u r q u o i i l écr iva i t , i l n o u s a r é p o n d u p a r le tex te q u i sui t . H ier soir ma petite nièce, une blonde aux yeux bleus, âgée de seize ans, m'a téléphoné pour m'annon- cer la mort de son père atteint d'un cancer terminal. Je m'étais attaché à cette nièce et d'entendre sa voix me touchait d'une façon mystérieuse. J'avais mal mais le silence, auquel nous étions habitués, nous faisait du bien. Puis elle m'a raconté que les deux derniers jours ont été très durs pour son père: «Il ge

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.