Affordable Access

Publisher Website

Angioplastie carotidienne en 2005

Authors
Journal
Journal des Maladies Vasculaires
0398-0499
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
30
Identifiers
DOI: 10.1016/s0398-0499(05)74800-9
Keywords
  • Angioplastie
  • Carotide
Disciplines
  • Medicine

Abstract

De nombreuses publications rapportent des résultats encourageants de l’angioplastie carotidienne, confirmant l’intérêt de cette technique et permettant de préciser sa place par rapport à la chirurgie. Depuis les premières angioplasties de la carotide il y a 15 ans, la technique a considérablement évolué. L’administration d’une association d’antiagrégants plaquettaires (aspirine et Plavix ®), la miniaturisation du matériel, la mise en place systématique d’un stent auto-expansible et l’utilisation de systèmes de protection cérébrale ont contribué à la maîtrise du geste avec un taux faible de complications par embolie. Il est toutefois indispensable, avant d’envisager un geste d’angioplastie, de dépister les patients présentant un cathétérisme difficile au niveau de la crosse de l’aorte et les patients à risque hémorragique par phénomène de reperfusion. À ce jour, il existe 2 études prospectives randomisées multi-centriques publiées. L’étude CAVATAS (Lancet 2001) a inclus des patients symptomatiques et l’étude SAPPHIRE (N Engl J Med 2004) des patients à haut risque chirurgical (cardiopathie ischémique, insuffisance cardiaque,…). Les résultats de ces études montrent une équivalence entre la chirurgie et l’angioplastie en terme de décès et d’AVC à 30 jours et à 1 an. En France, l’étude EVA-3S (loi Huriet) est en cours, avec plus de 400 patients randomisés sans différence significative à ce jour entre la chirurgie et l’angioplastie. En pratique en 2005, à qui proposer une angioplastie carotidienne en France ? • En présence d’une sténose serrée non athéromateuse (radique, resténose, dysplasie…). • En cas de sténose athéromateuse siégeant en dehors de la bifurcation non accessible au traitement chirurgical (lésion haute ou lésions en tandem) ou nécessitant une sternotomie. • Concernant les sténoses athéromateuses de la bifurcation carotidienne le geste d’angioplastie doit se faire dans le cadre d’études contrôlées (recommandations de l’ANAES) ou exceptionnellement chez des patients récusés pour la chirurgie avec un avis neurologique. Au total, le geste d’angioplastie nécessite un plateau technique adéquat, un savoir-faire en navigation endovasculaire et une parfaite connaissance du matériel. Cette technique doit trouver rapidement sa place en France, dans le respect des bonnes pratiques médicales.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.

Statistics

Seen <100 times
0 Comments

More articles like this

CV23 Protection cerebrale en cas d’angioplastie-st...

on Journal de Radiologie Jan 01, 2006

1403 Les angioplasties carotidiennes : etat de l’a...

on Journal de Radiologie Jan 01, 2004

Protection cerebrale en cas d’angioplastie-stentin...

on Journal de Radiologie Jan 01, 2006
More articles like this..