Affordable Access

Publisher Website

Curage ilio-obturateur pour cancer de prostate : minilaparotomie au spéculum vs cœlioscopie

Authors
Journal
Progrès en Urologie
1166-7087
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
20
Issue
4
Identifiers
DOI: 10.1016/j.purol.2009.09.041
Keywords
  • Cancer De Prostate
  • Curage
  • Minilaparotomie
  • CœLioscopie
  • Prostate Cancer
  • Pelvic Lymph Nodes Dissection
  • Minilap
  • Laparoscopy

Abstract

Résumé Introduction Le curage ganglionnaire ilio-obturateur est indiqué, d’après le Comité de cancérologie de l’association française d’urologie (CCAFU) en cas de cancer prostatique avec PSA supérieur ou égal à 10 ng/ml et/ou score de Gleason supérieur ou égal à 7. Les différentes voies d’abord possibles sont la laparotomie et la cœlioscopie. Le but de cette étude a été de comparer rétrospectivement l’abord par minilaparotomie et les deux voies cœlioscopiques : intra- et extrapéritonéales, en termes d’efficacité et de complications. Matériel et méthode Nous avons revu les dossiers de 147 hommes ayant eu un curage ganglionnaire ilio-obturateur dans notre service entre 1992 et avril 2006. La répartition pour chaque technique était : 34 cas de minilaparotomie (23 %), 39 cas de cœlioscopie intrapéritonéale (27 %) et 74 cas de cœlioscopie extrapéritonéale (50 %). L’âge moyen était de 67,9 ans (52–79). Le PSA moyen était de 19,01 ng/ml (0,3–93) et l’indice de masse corporel moyen était de 26,75 kg m −2 (17,6–41). Résultats Vingt-huit patients (19 %) ont eu une complication postopératoire. Il n’y avait pas de différence statistiquement significative selon la voie d’abord. Nous n’avons pas relevé de différence statistique concernant le nombre de ganglions récupérés entre les trois groupes et la durée moyenne d’hospitalisation. Seul le temps opératoire moyen et le nombre de drain de Redon étaient statistiquement différents. Conclusion Cette étude n’a pas mis en évidence de différence en termes de résultat et de complications entre la cœlioscopie et la minilaparotomie pour le curage ganglionnaire du cancer de prostate. En dehors du curage étendu, nous pensons que ces différentes techniques peuvent être indifféremment proposées.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.