Affordable Access

La faute à Voltaire : Corps étrangers. La faute à Voltaire, France 2000, 130 minutes

Authors
Publisher
La revue Séquences Inc.
Publication Date
Disciplines
  • Political Science

Abstract

La faute à Voltaire : corps étrangers / La faute à Voltaire, France 2000, 130 minutes Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Compte rendu par Philippe Théophanidis Séquences : la revue de cinéma, n° 215, 2001, p. 47. Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante : http://id.erudit.org/iderudit/59180ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 16 February 2014 11:11 « La faute à Voltaire : corps étrangers » Ouvrage recensé : La faute à Voltaire, France 2000, 130 minutes LES FIL LA FAUTE À VOLTAIRE Corps étrangers V oltaire commet essentiellement deux fautes qui, respective-ment, ouvre et ferme le film. Jallel est tunisien et arrive en France afin d'y chercher du travail. Dans une salle d'attente lumineuse, ses amis le préparent à justifier sa demande d'immi- gration. L'un d'entre eux lui explique qu'il est préférable de jouer la carte des droits de l'homme, de se faire passer pour algérien et de demander l'asile politique plutôt que d'invoquer le besoin d'argent (la France est déjà saturée de chômeurs). Voltaire est invoqué : avec lui on se réfère aux Lumières, à la liberté (« Liberté, égalité, frater- nité »), comme d'un dada typiquement français. Jallel se fait donc algérien et obtient une « autorisation provisoire de séjour ». Quelques mois plus tard, a

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.