Affordable Access

Publisher Website

36 Réparation de la coiffe des rotateurs sous arthroscopie : rééducation en centre ou ambulatoire ?

Authors
Journal
Revue de Chirurgie Orthopédique et Réparatrice de l Appareil Moteur
0035-1040
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
93
Issue
8
Identifiers
DOI: 10.1016/s0035-1040(07)79345-5
Disciplines
  • Education

Abstract

Introduction L’objectif de ce travail est d’évaluer les résultats des réparations de la coiffe sous arthroscopie en fonction des conditions d’application de la rééducation postopératoire : ambulatoire après retour à domicile ou séjour en centre de rééducation. Matériel et méthodes Il s’agit d’une série continue de 139 épaules opérées d’une réparation de la coiffe sous arthroscopie au cours de l’année 2004. Cent vingt-cinq épaules sur 131 ont été revues cliniquement (score de Constant) avec une échographie à 24 mois minimum. Huit patients supplémentaires ont été réopérés à ciel ouvert pour rupture itérative. Il y avait 66 hommes et 65 femmes (deux cas bilatéraux). L’âge moyen au moment de l’intervention était de 57,3 + 8 ans. Il s’agissait d’une rupture du tendon supraspinatus dans 81 cas, étendue à l’infraspinatus dans 25 cas et associée à une lésion du subscapularis dans 27 cas. Il y avait 106 ruptures peu rétractées dans le plan frontal (stade I de Bernageau) et 27 ruptures intermédiaires (stade II). Tous les patients sauf un ont eu une attelle d’abduction à 20°. Dans 43 cas, soit 32,3 %, la rééducation a été réalisée en ambulatoire après retour à domicile. Dans 90 cas, soit 67,7 %, la rééducation a été effectuée en centre de rééducation pour une durée moyenne de séjour de 3 semaines. Tous les patients ont été suivis en consultation par le même médecin rééducateur. Une infiltration sous contrôle scopique avec bloc suprascapulaire était proposée en cas de raideur douloureuse rebelle. Résultats Il n’existe pas de différence significative entre les deux groupes sur le plan subjectif (SSV : 87,4 % + 15 contre 85 % + 15). Il n’existe pas de différence significative entre les deux groupes pour le score de Constant (86 + 6 contre 83,6 + 10). À l’échographie, il n’existe pas de différence significative sur le résultat anatomique (rupture itérative, épaisseur tendineuse, épanchement). À trois mois postopératoires, la récupération des amplitudes articulaires était identique dans les deux groupes. Au cours des six premiers mois, plus d’infiltrations ont été réalisées dans le groupe « centre de rééducation » (14 % contre 9,3 %). Discussion et conclusion Dans le cadre de ruptures de coiffe peu ou non rétractées, il n’existe pas de différence significative en terme de résultat clinique en fonction des conditions d’application de la rééducation. Ainsi, il est possible de proposer un retour à domicile avec rééducation ambulatoire après réparation arthroscopique d’une rupture de taille modérée. L’arthroscopie, diminuant la morbidité postopératoire, favorise le retour à domicile.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.