Affordable Access

Publisher Website

Séroprévalence du virus de l'hépatite C par tests ELISA et RIBA de 2e génération chez des patients infectés par le virus de l'immunodéficience humaine

Authors
Journal
Médecine et Maladies Infectieuses
0399-077X
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
25
Issue
11
Identifiers
DOI: 10.1016/s0399-077x(05)80402-0
Keywords
  • Hépatite à Virus C
  • Infection Vih
  • Hépatite Chronique
  • Elisa Anti-Vhc
  • Riba
  • Hepatitis C Virus
  • Hiv Infection
  • Chronic Hepatitis
  • Elisa Anti-Hcv
  • Recombinant Immunoblotassay

Abstract

Resume Nous avons évalué la séroprévalence, par des tests ELISA et RIBA de 2e génération, du virus de l'hépatite C (VHC) chez 308 patients séropositifs pour le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). L'âge moyen est de 33,5 ans. La séroprévalence globale, en ELISA, est de 27,6 % (85 patients) et en RIBA de 19,5 %; elle est plus élevée chez les femmes (23/56 soit 41 %) par rapport aux hommes (62/252 soit 24,6 %), la différence étant significative (p < 0,02). En fonction du mode de contamination par le VIH, la séroprévalence est faible chez les homosexuels masculins et les hétérosexuels (4,6 % et 11,9 %), alors qu'elle est considérable chez les toxicomanes par voie intraveineuse, les hémophiles et transfusés (respectivement 94 %, 100 % et 87,5 %). Le test RIBA est positif pour 60 patients sur 82 (73,2 %), indéterminé pour 11 autres patients (13,4 %); il est fréquemment positif chez les patients contaminés par voie parentérale, et à l'inverse très rarement chez ceux contaminés par voie sexuelle. La séroprévalence du VHC paraît plus élevée lorsque les lymphocytes CD4 sont abaissés, mais la différence n'est pas significative. La fréquence de la chronicité est de 26 % dans notre population. La coinfection par le virus de l'hépatite B n'est pas plus fréquente chez les patients VHC positifs ou négatifs.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.