Affordable Access

Au pied du Camp de Recoux, le Champ des Rochers à Soyaux (Charente) : de l'occupation néolithique au complexe funéraire et/ou cultuel de la fin de l'âge du Bronze et de l'âge du Fer

Authors
  • Kerouanton, Isabelle
  • Boulestin, Bruno
Publication Date
Jan 01, 2020
Source
HAL-Descartes
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

À quelques kilomètres à l’est d’Angoulême, en Charente, le plateau de Recoux, à Soyaux, occupé du Néo-lithique moyen à l’âge du Fer, était protégé jusqu’au xixe siècle par un rempart de pierres sèches. C’est à ses pieds qu’une fouille, réalisée en 2007, a permis de mettre au jour un niveau d’occupation du Néolithique final implanté sur l’ancienne berge de la Font Noire, ainsi qu’un remarquable ensemble de vingt-deux enclos circulaires protohistoriques sans sépultures, et trois inhumations du second âge du Fer. Si, entre 2800 et 2500 ans av. J.-C., la berge de la Font Noire ne semble avoir connu qu’une occupation domestique en lien avec celle du site fortifié qui la surplombe, il en va différemment entre le ixe et le iie siècle av. J.-C. Les enclos s’organisent en deux principaux groupes, distants d’un peu plus d’une centaine de mètres. Leur datation n’est pas toujours aisée, mais le plus ancien (enclos 16), doté d’une palissade de poteaux placée dans la zone enclose, est vraisemblablement implanté dans le courant du ixe siècle. Un second (enclos 1), accompagné de trois enclos satellites en fer à cheval, lui est un peu postérieur, implanté dans le cou-rant du viiie siècle. La datation de ceux du second groupe, plus haut sur le versant, est plus délicate, mais l’utilisation de ceux-ci est avérée au moins jusqu’au vie siècle et vraisemblablement au-delà. Certains de ces enclos présentent des pierres déposées en couronne dans les comblements finaux des fossés, parmi lesquelles au moins deux stèles en cal-caire, fragmentées. Malgré la fouille manuelle et intégrale des structures, aucun fragment d’os humain n’a été retrouvé ni dans les comblements des fossés ni à l’extérieur. Cette absence de sépulture, ces couronnes de pierres, cette palissade questionnent quant à la fonction de ces ensembles d’enclos. D’autant plus qu’au iie siècle av. J.-C., trois petites fosses parfaitement alignées et espacées sont creusées et accueillent trois inhumés, placés tous trois en position assise et le regard tourné vers l’est et la vallée de la Font Noire.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times