Affordable Access

article (B-1) Approche critique et interprétative v1

Authors
  • moulin, andre
Publication Date
Oct 25, 2019
Source
Kaleidoscope Open Archive
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Cet article repose sur l' article « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d'une chose » ( https://hal-univ-evry.archives-ouvertes.fr/hal-02326769; toute raison à propos d'une chose est fondée sur des prémisses procédant de ce qui est perçu comme des nécessités de la nature de la chose et des prémisses poussées in fine par les affects). La thèse défendue dans cet article (A-1) conduit à privilégier une approche interprétative du terrain sociologique. Notre anthropologie sociologique est celle de E.P. Thompson et non de Engels : les gens, même « ordinaires » et opprimés, pensent et peuvent être conduits par la raison, leur raison.L'épistémologie proposée repose sur la première hypothèse que toutes les organisations et toutes les personnes, agents ou non de ces organisations, désirant être et agir avec une certaine cohérence (sous la conduite de la raison, avec des idées et des actes « qui se tiennent ») sont nécessairement inspirées par des énoncés déclaratifs et performatifs plus ou moins complexes. Ces énoncés sont posés à priori, implicitement ou explicitement, par ces organisations et personnes et ils sont indémontrables par la logique qu'ils inspirent. Ces énoncés donnent le sens de cette logique, logique nommée parfois « rationalité », « pragmatisme », « efficacité », etc.. Ceci pour insister sur le fait qu'il n'y a pas de rationalité, de pragmatisme, d'efficacité « bonne » en soi.Cette première hypothèse repose sur des considérations philosophiques mobilisant Spinoza, Kuhn, Gödel, Hume, etc développées dans l'article « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d'une chose ». Cette hypothèse conduit à adopter à priori une anthropologie à la E.P. Thompson pour qui chaque personne pense, qu'elle soit dominée ou dominante, et qu'elle n'est donc pas forcément aliénée ou qu'un ventre affamé ou plein.Notre deuxième hypothèse est que les énoncés inspirant des organisations sont à priori différents des énoncés inspirant les personnes concernées par ces organisations, dont les agents de celles-ci.L'objet principal de notre épistémologie est relatif à ces énoncés et non à la manière, plus ou moins rationnelle ou efficace, dont ils sont mis en œuvre. Que les objectifs plus précis, inspirés par ces énoncés, soient atteints de manière plus ou moins « efficace » n'est pas notre sujet , même s'il est souvent nécessaire d'étudier la manière pour « remonter » aux énoncés.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times