Affordable Access

ARCHITECTURE ET REGIONALISME AU CONGO : LA CONTRIBUTION DES TRADITIONS LOCALES DANS LES HERITAGES MODERNISTES A KINSHASA, 5 Études de cas

Authors
  • Tshiunza Kabeya, Alexis
Publication Date
May 23, 2022
Source
ORBi
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Le modernisme qui caractérise les villes africaines est qualifié, par certains, d’européen ou d’étranger. Pourtant, plusieurs architectes ayant travaillé au Congo espéraient faire une architecture qui deviendrait africaine. Les styles européens ne leur convenaient guère plus que ce qui était qualifié d’architecture africaine alors. Ils trouvaient inappropriée pour les villes, une architecture des cases et ne voulaient pas faire une architecture toute aussi décontextualisée juste pour refléter la grandeur de la Métropole. Une nouvelle architecture se présentait comme une voie de sortie. Comme il était impossible d’inventer ex-nihilo, de ne prendre ni d’Europe, ni d’Afrique, leur architecture serait de facto un mélange. L’adaptation à l’environnement est devenue la principale préoccupation. Le modernisme européen s’est mêlé ainsi à l’architecture tropicale en tant qu’ensemble des solutions traditionnelles pour construire sous les tropiques, aux formes sculpturales et picturales suivant les cas. Ma recherche tente de capitaliser les réponses qui ont été fournies par 5 architectes au besoin d’une architecture urbaine au Congo en relevant les apports locaux et le caractère régional de leurs bâtiments. Elle voudrait questionner le regard que l’on porte sur l’architecture faite par les étrangers, souvent liée à la colonisation et le phénomène d’importation d’architecture qui s’observe chez les anciens colonisés. Elle procède par des études de cas sur des bâtiments essentiellement construits par les architectes belges au Congo avant la formation et les réalisations des architectes congolais. En se basant principalement sur les déclarations de ces architectes, l’analyse de leurs œuvres en comparaison avec une architecture ou une pratique traditionnelle ou locale et les écrits sur le régionalisme, elle tente de démontrer qu’un certain effort a été fourni par chacun de cinq architectes pour produire une architecture digne au Congo. Les architectes ciblés se sont démarqué du modernisme à l’européenne et du style international sans pourtant pasticher le vernaculaire comme dans les expositions universelles ou le postmodernisme. Ils ont ouvert une troisième voie, hybride, entre le traditionnel et le moderne, entre le local et l’international, architecture faite d’un syncrétisme d’idées, qui mérite attention dans le contexte actuel de la montée d’une culture globalisante. Ma recherche suppose que ces architectes, ce faisant, auraient facilité l’appropriation de leurs bâtiments qui peuvent notamment servir d’exemples dans l’enseignement du projet d’architecture.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times