Affordable Access

Anticipation des troubles respiratoires chez les personnes âgées en fin de vie en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes : étude qualitative par entretiens semi-directifs

Authors
  • Spreng, Clément
Publication Date
Sep 25, 2018
Source
HAL-Descartes
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Introduction : la majorité des transferts aux urgences des patients en fin de vie en EHPAD fait suite à des symptômes respiratoires. Le document « Anticiper les troubles respiratoires des personnes âgées en fin de vie » a pour but d’aider à la rédaction de prescriptions anticipées personnalisées (PAP). L’objectif de notre étude était donc d’apprécier l’anticipation des troubles respiratoires chez les personnes âgées en phase palliative symptomatique et terminale en EHPAD. Méthode : étude qualitative par entretiens semi-directifs auprès de professionnels de santé intervenant en EHPAD. Les résultats ont été analysés selon la méthode phénoménologique avec l’aide du logiciel NVivo11®. Résultats : dix professionnels ont été interrogés de juin 2017 à mars 2018. L’existence des PAP rassurait la famille, les infirmiers de l’EHPAD et pouvait diminuer les transferts aux urgences. Le document était rassurant pour les différents soignants susceptibles de l’utiliser en EHPAD mais souffrait d’un manque de diffusion et ces PAP étaient donc trop peu utilisées. La culture palliative diffusée par le médecin coordonnateur permettait, après concertation des différents intervenants, de décider d’une prise en charge adéquate pour le patient en fin de vie. La collaboration des différents acteurs, personnels de l’EHPAD et équipes spécialisées en soins palliatifs, avec le médecin traitant, associée à une traçabilité satisfaisante et une information des familles étaient indispensables à l’anticipation des troubles respiratoires en EHPAD. L’absence d’identification de prise en charge palliative entraînait une action interventionniste et une issue hospitalière. Les principaux freins à l’utilisation des PAP étaient l’absence d’IDE en EHPAD la nuit, le manque de formation aux soins palliatifs des professionnels de santé, le manque de disponibilité des médecins traitants, les difficultés d’obtention de produits à délivrance hospitalière et une appréhension de bon nombre de médecins et infirmiers à l’utilisation de la morphine. Conclusion : l’anticipation de la prise en charge des troubles respiratoires en fin de vie en EHPAD montre un bénéfice pour le patient, sa famille et les soignants mais est confrontée à des freins éthiques, humains et logistiques. Promouvoir la formation des soignants intervenant en EHPAD aux soins palliatifs, avec l’aide de documents d’aide à la prescription, permettrait de respecter la qualité d’une vie qui prend fin.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times