Affordable Access

Publisher Website

Impact de la simulation sur le stress lors de prise en charge de situation critiques

Authors
Journal
Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation
0750-7658
Publisher
Elsevier
Identifiers
DOI: 10.1016/j.annfar.2014.07.619
Disciplines
  • Medicine

Abstract

Introduction La simulation sur mannequin haute fidélité peut être source de stress et d’anxiété chez les participants. Cette étude a pour objectif de comparer et de déterminer l’évolution du stress chez les internes de 3e année en anesthésie-réanimation et en 1re année de DESC de médecine d’urgence au cours de deux séances de simulation sur des situations critiques. Matériel et méthodes Deux groupes de 23 internes ont été formés initialement (T0) sur simulateur haute fidélité HPS de CAE respectivement à l’arrêt cardiaque (FV) et au choc anaphylactique (CA). Le niveau de stress était mesuré au moyen d’une échelle numérique (EN de 0 : absence d’anxiété à 10 : anxiété insupportable), de la fréquence cardiaque moyenne (FC) avant et pendant la séance ainsi que du test de Spielberger (State-Trait Anxiety Inventory [STAI]). Le STAI-T évaluant l’anxiété trait (habituelle), et le STAI-E évaluant l’anxiété état (actuelle), au décours de situations stressantes (20 items cotés de 1 à 4, STAI de 20 à 80). Une deuxième séance était organisée à 6 semaines (T6), avec passage de l’ensemble des internes sur les 2 situations critiques. La comparaison entre la valeur Fc, EN et Stai de référence et celle pendant le scénario a été réalisé par un test de Wilcoxon. p<0,05 comme significatif. Données présentées en médiane (interquartile 25–75). Résultats Quatre étudiants ont été exclus en raison de données manquantes. À T0, la séance de simulation s’accompagnait d’une augmentation significative de la FC, 109 [101–121]bpm, p<0,001, et de EN, 6 [5–7] p=0,011, par rapport aux valeurs de base, 87 [82–102]bpm et EN=5 [4–7]. À T6, on constatait également une augmentation significative de la Fc pendant les séances quelque soit le scénario : répété, 108 [97–125,5]bpm, p<0,001, ou nouveau, 103 [94,5–111]bpm, p<0,001, par rapport à la valeur de base, 91 [83,5–101,5]bpm. L’EN augmentait également de manière modérée mais significative pour l’ensemble des internes, 5 [3,5–5] vs. 5 [4–6], p=0,006. L’analyse des groupes permet de mettre en évidence une élévation plus importante de l’échelle numérique pour les internes formés au CA mais exposés au scénario FV, 5 [4–6] vs. 7 [5–7], p=0,018. L’échelle STAY restait inchangée pour l’ensemble des groupes à TO et T6. Discussion Le niveau d’anxiété ressenti par les internes dépend du type de scénario et de la fréquence d’exposition à une séance de simulation. Cette anxiété peut être considérée comme modérée notamment chez les internes formés par simulation à la situation critique. En revanche, l’utilisation de l’échelle STAY, score d’anxiété reconnue en clinique, ne semble pas appropriée pour l’anxiété induite par la simulation d’une situation critique.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.