Affordable Access

Publisher Website

Quel test biologique utiliser en cas de suspicion de rupture des membranes ?

Authors
Journal
Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction
0368-2315
Publisher
Elsevier
Volume
41
Issue
2
Identifiers
DOI: 10.1016/j.jgyn.2011.12.001
Keywords
  • Rupture Des Membranes
  • Test Biologique
  • Ph
  • Igfbp-1
  • Pamg-1
  • Rupture Of Membranes
  • Biological Test
Disciplines
  • Biology

Abstract

Résumé La rupture des membranes (RPM) est un évènement fréquent qui doit conduire à une prise en charge spécifique en fonction de l’âge gestationnel afin de réduire le risque de complications. Dans 80 % des cas, un écoulement franc de liquide amniotique rend le diagnostic clinique évident. L’objectif de cette revue est de préciser, à partir des données de la littérature, quels sont les tests biologiques utiles au clinicien lorsque le diagnostic clinique est ambigu. La mesure du pH vaginal retrouve des valeurs plus élevées (6,5–7,5) en présence de liquide amniotique (sensibilité 73–91 %, spécificité 72–83 %). Les tests d’évaporation, de cristallisation et de coloration des squames fœtales ont été supplantés par la détection de protéines amniotiques. Les difficultés du dosage radioanalytique de la diamine oxydase ont conduit à l’abandonner. Les bonnes performances diagnostiques (sensibilité, spécificité) et la facilité d’usage font privilégier les tests immunochromatographiques sur bandelette reposant sur la détection de l’insulin-like growth factor-binding protein-1 (IGFBP-1) ou de placental alpha 1-microglobulin (PAMG-1). La littérature actuelle ne permet pas de favoriser l’usage de l’un ou l’autre de ces deux marqueurs. La possibilité que PAMG-1 soit identique à l’IGFBP-1 est à l’origine d’une polémique qui reste d’actualité.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.