Affordable Access

Publisher Website

La scène espagnole contemporaine et le « suprathéâtre » d’Angélica Liddell : un défi pour la sociocritique ?

Authors
Journal
Études littéraires
0014-214X
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Volume
43
Issue
3
Identifiers
DOI: 10.7202/1016850ar
Disciplines
  • Political Science
  • Social Sciences

Abstract

Face à un contexte social incertain, de jeunes dramaturges espagnols contemporains cherchent à s’interroger sur l’Histoire et leur société à travers la remise en cause de la représentation. Certains auteurs font de leur création une performance analytique déconstruisant le fond (un contexte social mis en forme par un texte) par la forme (les signes non verbaux de la représentation) et vice versa. L’article analyse cette double posture au moyen de la pièce intitulée Perro muerto en tintorería: los fuertes (2007) d’Angélica Liddell (née en Espagne en 1966). Elle répond à la fois à cette tendance destructrice du code établi et à une réutilisation du théâtre dans sa dimension sociopolitique. Cette pièce complexe offre une relecture innovante et personnelle du Contrat social de Rousseau : Liddell saccage la scène et torture le texte, lui imposant un rythme sans cesse changeant. La sociocritique permet de mieux comprendre cette démarche suprathéâtrale en faisant du tout historique, pour reprendre la notion crosienne et les éléments qui la composent, un point de départ pour la réflexion.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.