Affordable Access

Publisher Website

Littérature orale ou folklore : les frontières discursives et la « nuance qui fiance »

Authors
Journal
Rabaska Revue d ethnologie de l Amérique française
1703-7433
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Volume
3
Identifiers
DOI: 10.7202/201716ar
Disciplines
  • Literature
  • Political Science

Abstract

Littérature orale ou folklore : les frontières discursives et la "nuance qui fiance" Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Note Maurice Lamothe Rabaska : revue d'ethnologie de l'Amérique française, vol. 3, 2005, p. 117-123. Pour citer cette note, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/201716ar DOI: 10.7202/201716ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 15 February 2014 02:42 « Littérature orale ou folklore : les frontières discursives et la "nuance qui fiance" » Opinion Littérature orale ou folklore : les frontières discursives et la « nuance qui fiance » MAURICE LAMOTHE Université Saine-Anne, Pointe-de-1'Église Quand on m'a demandé de participer à un comité dont le mandat serait de monter un cours universitaire sur les littératures orales, je me suis demandé ce qu'un littéraire pouvait bien apporter à des ethnologues et folkloristes. La tendance à la multidisciplinarité, ou à celle de la transversalité dont sont friands les pédagogues ces jours-ci, ne peut certes pas tout expliquer. Peut- être est-ce tout simplement méprise ? Après tout, on confond souvent ma spécialité, la chanson populaire, avec la chanson folklorique. Mais ce serait là accorder trop peu de jugement à mes collègues. On pourrait penser que le domaine de

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.