Affordable Access

L’été où j’en ai fécondé une : Extrait d’un roman en préparation, Freud, Narcisse, ma mère et moi

Authors
Publisher
Éditions Triptyque
Publication Date
Disciplines
  • Political Science

Abstract

L’été où j’en ai fécondé une : extrait d’un roman en préparation, Freud, Narcisse, ma mère et moi Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Article Michel Germain Moebius : écritures / littérature, n° 89, 2001, p. 111-116. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/14663ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 15 February 2014 09:46 « L’été où j’en ai fécondé une : extrait d’un roman en préparation, Freud, Narcisse, ma mère et moi » M I C H E L G E R M A I N L'été où j'en ai fécondé une (extrait d'un roman m préparation, Freud, Narcisse, ma mère et moi,) Au Passeport, c'est vide. Trop tôt, trop chaud. Nous poursuivons notre route. Pris par son sujet, Robert a retrouvé sa bonne humeur. Il gesticule en conversant, agi- tant ses mains potelées comme des marionnettes. Personne nulle part. Je ne veux pas m'arrêter dans un désert, même si une fine pluie nous taquine. Pas question de m'écraser devant la bière du célibataire résigné. Robert suggère un petit bistro en face du carré Saint-Louis. Je connais l'endroit, la sœur d'un copain y a travaillé trois ou quatre mois dès l'ouverture. Atmosphère sympathique, mais tout petit: six tables serrées sur deux rangées et un bar bordé de cinq ou six tabourets. Sur place, quatre clien

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.