Affordable Access

Un grain d’or parfois

Authors
Publisher
Cahiers littéraires Contre-jour
Publication Date
Disciplines
  • Literature
  • Political Science

Abstract

Un grain d’or parfois Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Article Isabelle Girard Contre-jour : cahiers littéraires, n° 3, 2004, p. 113-118. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/2214ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 15 February 2014 04:30 « Un grain d’or parfois » Un grain d'or parfois Isabelle Girard Tant de nuits à rêver aux fenêtres qui donnent sur la mer. Paul Chanel Malenfant Comment rendre un paysage éternel? s'est demandé Peter Handke. Avec l'histoire d'un homme ou d'une femme. Dans mon paysage intérieur, il n'y a que ces lieux que j 'ai autrefois habités et qui sont maintenant vides. Autant dire que je suis une morte vivante. Une morte vivante qui a loué pour quatre mois un chalet dans un village du bout du monde où il n'y a qu'un seul chemin long de six kilomètres qui aboutit, aux extrémités est et ouest, à un cul-de-sac. Durant l'hiver interminable, presque toutes les maisons bordant le fleuve sont abandonnées. J'ai trente-six ans et je ne possède rien. Je n'ai que des histoires du passé à raconter. Des histoires de lieux que j 'ai habités et que j 'ai laissés derrière moi, de lieux où en regardant par la fenêtre j 'ai suivi, saison après saison, les modi- fications du paysage. Chaque lie

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.