Affordable Access

Publisher Website

Les ressorts extra-textuels du jugement littéraire aujourd'hui

Authors
Journal
Communication & langages
0336-1500
Publisher
Editions NecPlus
Publication Date
Volume
135
Issue
1
Identifiers
DOI: 10.3406/colan.2003.3192
Disciplines
  • Biology
  • Design
  • Literature

Abstract

On définit volontiers la littérature par des qualités esthétiques, supposées intrinsèques. C'est une vieille illusion, que démentit l'analyse historique des valeurs littéraires. Mais qu'en est-il aujourd'hui de l'institution de ces valeurs dans la critique média- tique (selon l'expression de Jean Peytard) ? Tirant les conclusions d'une thèse de doctorat où elle a étudié la représentation sociale de la littérature par les critiques journalistiques, Catherine Pinet-Fernandes répond à cette question par une forme particulière d'analyse du discours critique. Elle prend ce dernier « de biais » de quelque sorte, laissant de côté l'exégèse du texte pour montrer l'importance, dans le discours sur la valeur, d'un ensemble d'éléments parfaitement étrangers à la stylistique des textes. Il s'agit de détails apparemment triviaux, comme l'origine éditoriale du livre ou même son épaisseur, mais aussi d'un retour en force des thématiques plus traditionnelles de la biographie littéraire et de la « belle vie » des génies (ce qu'Antoine Compagnon appelait la vieuvre, une vie une œuvre). Dans un contexte où la vraie littérature est souvent assimilée au travail du texte, la construction de la littérarité des œuvres passe largement par des circuits et des objets sensiblement différents, adresse d'une grande maison, poids d'un volume ou réécriture d'une vie.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.