Affordable Access

Publisher Website

A Tibetan Buddhist Text from the Twelfth Century Unknown to Later Tibetans

Authors
Journal
Cahiers d Extrême-Asie
0766-1177
Publisher
PERSEE Program
Publication Date
Volume
15
Issue
1
Identifiers
DOI: 10.3406/asie.2005.1224
Disciplines
  • Education

Abstract

Le système dbu ma (Madhyamaka) des premiers maîtres tibétains a toujours été reconstruit en se fondant sur une transmission tardive ; en effet, seuls un petit nombre de leurs écrits sont accessibles. En dépit de son développement tardif, la première interprétation du système du thal 'gyur ba (*Prāsangika), qui vient des écrits du grand traducteur Candrakīrti, Pa tshab Nyi ma grags (1055-), est toujours sujette à caution. Ses écrits et ceux de ses disciples semblent avoir été partiellement perdus bien avant le XVe siècle ; les érudits tibétains plus tardifs semblent ne pas avoir eu connaissance de ces textes. Un manuscrit récemment découvert, la dBu ma tshig gsal gyi ti ka, long commentaire sur la Prasannapadā de Candrakīrti et court commentaire sur les Mūlamadhyamakakārikā de Nāgārjuna, révèle au grand jour l'histoire ancienne de la tradition tibétaine du dbu ma thal 'gyur ba. Le manuscrit, composé de 99 feuillets écrits en dbu med, montre des orthographes et des particularités paléographiques de la période archaïque. Cette œuvre, d'après son colophon, est attribuée à Zhang Thang sag pa Byung gnas ye shes (alias Ye shes byung gnas), connu pour avoir été l 'un des disciples principaux de Pa tshab Nyi ma grags et pour avoir vécu entre la seconde moitié du XIe siècle et la première moitié du XIIe siècle. Bien que son nom soit souvent mentionné par les Tibétains des époques ultérieures, on peut douter qu'ils aient eu accès à ses écrits. De plus, son commentaire sur le Prasannapadā n'est jamais mentionné. Les érudits Gelugpa discréditèrent ce Thang sagpa en lui attribuant le point de vue selon lequel le thal 'gyur ba n'accepte ni de façon ultime ni de façon conventionnelle l'existence, alors que les maîtres Sa skya le respectaient en tant qu'avocat de la théorie dbu ma selon laquelle la réalité ultime est libre des deux extrêmes de l 'existence et de la non-existence. Ces deux évaluations, cependant, demandent à être vérifiées à travers les propres écrits de Thang sag pa. Seule une analyse précise de ce dBu ma tshig gsal gyi ti ka permettra de mener cette analyse. Cet article est une première tentative d'éclaircissement des mots et de la pensée de Thang sag pa à travers la lecture et l'édition d'une partie du manuscrit ; partie consacrée au point de vue ultime des enseignements Madhyamaka, en commentant le dix-huitième chapitre du Prasannapadā des Mūlamadhyamakakārikā.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.

Statistics

Seen <100 times
0 Comments

More articles like this

A Tibetan Buddhist Text from the Twelfth Century U...

on Cahiers d Extrême-Asie Jan 01, 2005

Who are the Tibetans?

on Science Feb 13, 2015

Teeth, tea and Tibetans.

on Community dental health December 1991
More articles like this..