Affordable Access

Publisher Website

Defibrillation Success Is Not Associated With Near Field Electrogram Complexity or Shock Timing

Authors
Journal
Canadian Journal of Cardiology
0828-282X
Publisher
Elsevier
Volume
29
Issue
9
Identifiers
DOI: 10.1016/j.cjca.2012.11.034
Disciplines
  • Computer Science

Abstract

Résumé Introduction On estime qu’une fibrillation plus complexe requiert des chocs à plus haute énergie pour y mettre fin. De plus, les études sur l’animal ont démontré que le moment du choc joue également un rôle. L’objectif de cette étude était de vérifier ces assertions dans un contexte clinique. Méthodes Les électrogrammes à champs proche et lointain ont été recueillis durant le test du seuil de défibrillation. La complexité de la fibrillation a été mesurée en quantifiant l’organisation dans les signaux à l’aide de méthodes axées sur les ondelettes, l’exposant d’échelle et l’analyse de corrélation croisée. Les courbes caractéristiques d’efficacité du récepteur ont été utilisées pour déterminer la valeur prédictive. L’effet de la phase à laquelle les chocs de défibrillation ont été appliqués a également été déterminé. Résultats Aucune mesure ne permet de déterminer si un choc est préférable à un autre. Tous ont donné des résultats très médiocres. Le moment du choc n’a joué aucun rôle dans le résultat de la défibrillation. Conclusions L’organisation du signal d’un électrogramme local et la phase de libération du choc ne sont pas liées à l’énergie minimale du choc de défibrillation immédiatement après l’apparition de la fibrillation ventriculaire.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.