Affordable Access

Publisher Website

L-02: Actualisation des vaccins nationaux recommandés lors de la préparation d’un voyage

Authors
Journal
Médecine et Maladies Infectieuses
0399-077X
Publisher
Elsevier
Identifiers
DOI: 10.1016/s0399-077x(14)70217-3
Disciplines
  • Medicine

Abstract

Introduction – objectifs Le nouveau calendrier vaccinal de 2013 a simplifié les modalités d’actualisation des rappels vaccinaux. Les consultations de vaccination internationale (CVI) sont l’occasion de proposer aux voyageurs cette mise à jour en plus des vaccins nécessaires à leur déplacement. Cette étude descriptive pose la question de la qualité de la couverture vaccinale des patients voyageurs. Matériels et méthodes Étude rétrospective des CVI du département de Paris entre le 1er juin 2013 et le 30 septembre 2013. Logiciel Intervax et base de données Epidata. Résultats Les 968 dossiers analysés concernaient des patients consultant avant un séjour à l’étranger. La majorité des voyageurs avaient moins de 45 ans (791 soit 81,7 %) et se rendaient en Afrique intertropicale (522 soit 53,9 %) ou en Asie (261 soit 26 septembre %). Les 891 patients vaccinés ont reçu, en moyenne 2 vaccins. Dans 48,5 % des cas (469/968), les patients ont bénéficié d’une actualisation des vaccins classiques :– 243 Diphtérie-Tétanos-Polio-Coqueluche (25,1 %), – 118 Rougeole-Oreillons-Rubéole (12,2 %) – 8,9 % ont bénéficié d’un vaccin anti-hépatite B (67) ou d’une sérologie (17). Au total, 28,6 % des injections réalisées (511/1 784) n’étaient pas spécifiques au voyage. Les mises à jour ont surtout concerné les adultes de plus de 18 ans (363/706 soit 51,4 %), surtout la tranche d’âge des 18-45 ans (297/529 cas, soit 56,1 %) versus 40,4 % des sujets mineurs. En comparaison, la vaccination obligatoire contre la fièvre jaune a été réalisée chez 62,4 % des voyageurs en Afrique intertropicale (326/522) et 77,8 % des voyageurs en Amérique du Sud (84/108). Conclusion Plus de la moitié des adultes reçus en consultations nécessitaient une mise à jour de leur calendrier vaccinal. Il est légitime de s’interroger sur le degré de couverture en population générale. Une étude qualitative centrée sur les motifs d’acception ou de refus de la mise à jour lorsqu’elle est proposée, permettrait de mieux identifier les populations sous-vaccinées.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.