Affordable Access

Publisher Website

Essais de corrosion par l'eau à température élevée sur monocristaux d'aluminium de pureté 99.99 %:Influence de la déformation et de la restauration après écrouissage

Authors
Journal
Journal of Nuclear Materials
0022-3115
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
1
Issue
1
Identifiers
DOI: 10.1016/0022-3115(59)90011-x

Abstract

Résumé Des monocristaux et des échantillons polycristallins d'aluminium de pureté 99.99 % corroyé ont été soumis à des essais de corrosion par l'eau au-dessus de 100° C. Par des examens micrographiques, les principaux mécanismes d'attaque ont été identifiés et leur cinétique étudiée. On observe: 1. 1) La formation d'un film uniforme sur toute la surface et, comme il avait déjà été montré, dans les joints de grains. 2. 2) Une attaque désordonnée avec piqûres; celles-ci apparaissent d'abord sur le réseau de “réticulage” (trace de la texture dendritique de solidification) et dans les joints de grains. L'influence de la répartition des traces d'éléments étrangers est mise en évidence même sur ce métal de haute pureté. Le phénomène d'agrandissement des éprouvettes plates pendant la corrosion se retrouve sur les monocristaux comme il avait été noté sur les polycristaux. Comme dans le cas de l'oxydation du zirconium par l'air à chaud, le métal flue sous l'action des tensions appliquées par l'oxyde au front d'attaque. L'écrouissage tend à diminuer la vitesse de corrosion et atténue ou empêche l'agrandissement; toutefois il ne paraît modifier en rien l'attaque sélective des joints de grains. Des chauffages à différentes températures des éprouvettes écrouies montrent que celles-ci ne se comportent à nouveau totalement comme du métal polycristallin recuit, qu'à l'apparition des premières manifestations de la recristallisation proprement dite.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.