Affordable Access

Publisher Website

An elevated level of TSH might be predictive of differentiated thyroid cancer

Authors
Journal
Annales d Endocrinologie
0003-4266
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
72
Issue
6
Identifiers
DOI: 10.1016/j.ando.2011.07.032
Disciplines
  • Anthropology
  • Biology
  • Medicine

Abstract

Résumé La thérapie frénatrice de la thyréostimuline (TSH) par les hormones thyroïdiennes améliore la survie de sujets opérés d’un cancer différencié de la thyroïde. Le niveau de TSH serait différent selon le type de nodule. L’objectif de cette étude était de comparer de manière rétrospective le niveau de TSH entre deux groupes de sujets ayant bénéficié d’une thyroïdectomie totale pour un nodule, appariés sur le sexe, l’ethnie, l’âge et la méthode biologique de dosage de la TSH, l’un dont l’histologie définitive était bénigne, l’autre maligne. Il n’y avait pas de différence significative entre les deux groupes en termes d’âge, de sexe, d’antécédents familiaux de maladie thyroïdienne ou d’auto-immunité thyroïdienne. Les sujets dont l’histologie définitive était maligne avaient un niveau moyen de TSH significativement plus élevé que les sujets porteurs d’une maladie bénigne (1,55 mU/l versus 0,96 mU/l, p = 0,003). Le risque de cancer était plus important quand la TSH était dans le tertile supérieur de la norme. Il n’y avait pas de corrélation entre le risque de cancer thyroïdien et l’âge, le sexe, les antécédents familiaux de maladie thyroïdienne ou le statut ménopausique. Le risque relatif d’avoir un carcinome thyroïdien était plus important quand les contours nodulaires étaient flous ou en présence de microcalcifications centrales. Ces données confirment une tendance à des valeurs de base de TSH plus élevées chez des sujets présentant un cancer différencié de la thyroïde. Cependant, il semble difficile de définir un seuil qui permettrait de savoir en préopératoire si le nodule est bénin ou malin.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.