Affordable Access

Publisher Website

Charles Zerner (dir.), Culture and the Question of Rights. Durham, Duke University Press, 2003, 289 p., illustr., bibliogr., index.

Authors
Journal
Anthropologie et Sociétés
0702-8997
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Volume
28
Issue
3
Identifiers
DOI: 10.7202/011305ar
Disciplines
  • History
  • Political Science
  • Social Sciences

Abstract

Charles Zerner (dir.), Culture and the Question of Rights. Durham, Duke University Press, 2003, 289 p., illustr., bibliogr., index. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Compte rendu par Annick Thomassin Anthropologie et Sociétés, vol. 28, n° 3, 2004, p. 244-245. Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/011305ar DOI: 10.7202/011305ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 14 February 2014 11:39 Ouvrage recensé : Charles ZERNER (dir.), Culture and the Question of Rights. Durham, Duke University Press, 2003, 289 p., illustr., bibliogr., index. 244 Comptes rendus une réduction de la durée du travail, au demeurant sans commune mesure avec l’accroisse- ment des effectifs hospitaliers qui entre 1950 et 1995 ont été multipliés par six. Or, les admi- nistrations hospitalières ont déjà été confrontées à une réduction imposée par la loi, notam- ment pour la journée de huit heures en 1919, et ont su s’en tirer pour le plus grand profit des malades et des travailleurs hospitaliers qui, dans les services de soins parisiens, ont vu la journée de travail passer de 12 h 15 à 8 h. Cet ouvrage de sociologie est riche, et il indique des pistes sur lesquelles les historiens pourraient avec bonheur s’aventurer. Références ARBORIO A.-M.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.