Affordable Access

Publisher Website

P.256 Coloscopie double ballon (CDB) : le moyen le plus efficace d’atteindre le caecum après une coloscopie incomplète

Authors
Journal
Gastroentérologie Clinique et Biologique
0399-8320
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
33
Issue
3
Identifiers
DOI: 10.1016/s0399-8320(09)72947-1
Disciplines
  • Medicine

Abstract

Introduction La technique de progression utilisée pour l’entéroscopie double ballon s’est révélée utile pour la réalisation de coloscopies difficiles, notamment chez des patients multiopérés. Le but de cette étude était d’évaluer l’intérêt de cette technique de CDB, utilisant un nouveau coloscope (EC-450B15. Fujinon Optical Co. Ltd., Saitama, Japon) pour réaliser une coloscopie complète chez des patients dont la coloscopie classique avait été incomplète en raison de difficultés de progression. Patients et Méthodes De janvier 2007 à juin 2008, une CDB a été proposée à tous les patients avec une indication de coloscopie et chez qui l’examen précédent n’avait pu atteindre le caecum. Les patients avec une coloscopie incomplète du fait d’une préparation insuffisante ont été exclus. La CDB était réalisée par deux opérateurs avec l’aide d’un contrôle radiologique au début de l’expérience et ensuite soit par deux opérateurs soit par un opérateur et une infirmière, sous anesthésie générale (Propofol) délivrée par un anesthésiste. La préparation colique était réalisée par Colopeg, 2L la veille et 2L le matin de l’examen. Le coloscope EC-450B15 a une longueur totale de 182 cm, une longueur utile de 152 cm, un canal opérateur de 2,8 mm, un champ de vision de 140 °, et un diamètre de 9,4 mm. Le surtube a un diamètre extérieur de 13,2 mm. L’extrémité de l’endoscope et du surtube sont équipées de ballons qui peuvent être gonflés/dégonflés au moyen d’une pompe péristaltique. Les données cliniques, l’indication et le motif d’échec de la coloscopie, et les résultats de la CDB ont été enregistrés de manière prospective. Résultats Chez 81 patients (57 femmes, 24 hommes, âge moyen 56 ± 16 ans) une première tentative de coloscopie avait été réalisée dans notre unité (n = 44) ou dans un autre service (n = 37) et avait été incomplète en raison de difficultés de progression liées à des adhérences chirurgicales (n = 4), un angle colique fixé (n = 42), un dolichocôlon (n = 30), une diverticulose serrée (n = 5). La CDB a été complète chez 78 patients (97,5 %), atteignant le caecum chez 49, l’iléon chez 23 et l’anastomose iléo-colique chez 7. Les deux échecs (progression arrêtée dans le côlon transverse) ont été observés chez une patiente acromégale et chez un patient avec une maladie de Hirschsprung. Le temps moyen de réalisation de la CDB était de 24 ± 18 min, semblable à la durée moyenne d’une coloscopie classique dans notre unité. Un diagnostic contributif a été obtenu chez 58 patients (74,4 %). Des biopsies ont été réalisées chez 39 et une polypectomie, chez 16 patients. Aucune complication n’a été observée. Conclusion La CDB permet d’atteindre le caecum après une coloscopie incomplète chez près de 100 % des patients. Contrairement aux autres examens actuellement proposés (colo-scanner ou capsule endoscopique dans le futur), la CDB permet de réaliser des biopsies ou des gestes thérapeutiques dans les mêmes conditions qu’une coloscopie classique. Le coût des dispositifs à usage unique doit également être pris en compte dans la perspective d’une utilisation de cette méthode en pratique quotidienne.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.