Affordable Access

Publisher Website

Providing Rapid Out of Hospital Acute Cardiovascular Treatment 3 (PROACT-3)

Authors
Journal
Canadian Journal of Cardiology
0828-282X
Publisher
Elsevier
Identifiers
DOI: 10.1016/j.cjca.2014.04.012
Disciplines
  • Biology
  • Medicine

Abstract

Résumé Introduction Les résultats concernant le tableau clinique de la maladie cardiovasculaire en phase aiguë sont potentiellement modifiables par l’utilisation de biomarqueurs pour poser rapidement un diagnostic précis. Cet essai aléatoire a testé la troponine et le propeptide natriurétique de type B avant d’orienter vers l’hôpital les patients ayant un tableau clinique de maladie cardiovasculaire en phase aiguë. Méthodes Les patients souffrant de douleurs thoraciques ou d’essoufflement ont été répartis au hasard pour recevoir les soins habituels ou selon les biomarqueurs analysés à l’aide d’un dispositif au chevet du patient disponible dans l’ambulance. Le critère de jugement principal a été le moment de la destination finale (congé du service des urgences ou admission à l’hôpital). L’essai a été interrompu prématurément en raison d’une inscription de patients intéressants moindre que celle qui était prévue et de l’absence de différence sur le critère de jugement principal. Résultats Nous avons réparti au hasard 491 patients, dont 480 ont constitué la cohorte finale. Quarante-neuf pour cent (49 %) des patients étaient de sexe masculin; l’âge médian était de 70 ans; 42 % avaient déjà souffert d’un syndrome coronarien aigu et 28 % de diabète. La concentration du peptide natriurétique de type B avant l’arrivée à l’hôpital était ≥ 100 pg/ml chez 36,4 % des patients. La troponine était > 0,03 ng/ml chez 13,4 %, dont 3,6 % avaient une troponine > 0,1 ng/ml. Les diagnostics prononcés ont révélé que 16 % des patients avaient un syndrome coronarien aigu, 6,5 % une insuffisance cardiaque aiguë, 3,3 % une angine et 74,2 % un autre diagnostic. Le critère de jugement principal a été de 9,2 (intervalle interquartile, 7,3-11,1) heures dans le groupe selon les biomarqueurs et 8,8 (intervalle interquartile, 6,3-12,1) heures dans le groupe recevant les soins habituels (P = 0,6). Aucun patient n’est mort dans l’ambulance ou au service des urgences : la mortalité toutes causes confondues à 30 jours était de 2,1 % (soins habituels) et de 1,7 % (biomarqueur). Conclusions À notre connaissance, il s’agit du premier essai aléatoire portant sur les biomarqueurs analysés avant l’arrivée à l’hôpital jusqu’à la prise en charge à l’urgence pour une suspicion de maladie cardiovasculaire en phase aiguë, qui n’a montré aucun avantage et qui a pris fin précocement en raison de sa futilité. Les résultats ont des conséquences importantes concernant l’utilisation des biomarqueurs lors de la gestion des urgences liées à la cardiopathie et de la conception de futurs essais aléatoires sur cet important sujet.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.

Statistics

Seen <100 times
0 Comments

More articles like this

RAPID treatment centers and hospitals providing in...

on The Journal of venereal diseas... April 1947

C3 proactivator (C3PA) as an acute phase reactant.

on Clinical & Experimental Immuno... October 1974

[The strategy and process of out-hospital emergenc...

on Zhongguo wei zhong bing ji jiu... June 2009
More articles like this..