Affordable Access

Publisher Website

Présentation : Il n’y a pas de fumée sans feu

Authors
Journal
Études françaises
0014-2085
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Volume
47
Issue
1
Identifiers
DOI: 10.7202/1002513ar
Disciplines
  • Political Science

Abstract

Présentation: il n’y a pas de fumée sans feu Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Sylvain David et Pierre Popovic Études françaises, vol. 47, n° 1, 2011, p. 5-14. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/1002513ar DOI: 10.7202/1002513ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 15 February 2014 04:00 « Présentation : il n’y a pas de fumée sans feu » prsentation Il n’y a pas de fumée sans feu sylvain david et pierre popovic Quand se met en place la Ve République et que Charles de Gaulle prend le pouvoir en 1958, il apparaît aux yeux de la majorité des Français comme « l’homme providentiel », le seul capable d’éviter au pays une guerre civile sur fond de guerre d’Algérie. Inséparable en ses débuts de ce providentialisme incarné et du prestige du « Général », confondant à l’instar de son inspirateur son propre destin avec celui du pays et se percevant chargé d’une mission historique, le gaullisme offre un curieux mélange de romantisme patriotique (la France a une « âme » dont « le Général » s’est fait « une certaine idée »), de messia- nisme historique (l’homme du jour est, selon ses propres termes, « investi par l’histoire ») et d’autoritarisme gestionnaire (renforcement de l’autorité du président, appui sur l’armé

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.