Affordable Access

Publisher Website

Appareil d'anesthésie: systèmes d'alimentation en gaz frais. I. Systèmes mécaniques avec rotamètres et vaporisateurs calibrés

Authors
Journal
Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation
0750-7658
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
18
Issue
9
Identifiers
DOI: 10.1016/s0750-7658(00)87945-9
Keywords
  • Appareil D'Anesthésie
  • Débitmètre
  • Vaporisateur
  • évaporateur
  • Anaesthetic Machine
  • Flowmeter
  • Vaporizer
Disciplines
  • Physics

Abstract

Résumé Objectifs Analyser la constitution, le fonctionnement, les incidents et accidents, ainsi que la vérification avant utilisation des systèmes d'alimentation en gaz frais (SAGF) des circuits anesthésiques, équipés de débitmètres à flotteur (rotamètres) délivrant un flux continu de gaz, et de vaporisateurs calibrés, commercialisés en France en 1999. Source de données Les articles ont été obtenus à l'aide de la base de données Medline ® (1960–1999 ; mots clés: anaesthetic machine, flowmeter, vaporizer), de livres, de documents personnels ; par ailleurs des informations particulières ont été fournies par les fabricants. Sélection des articles et extractions des données Les articles ont été analysés pour les avantages et les inconvénients, les performances, ainsi que les risques des SAGF de type mécanique. Synthèse des données Sept appareils d'anesthésie sur 11 sont équipés d'un SAGF de type mécanique, composé de débitmètres rotamétriques assurant des débits atteignant 30 L·min −1, de vaporisateurs calibrés et d'une valve d'O 2 rapide délivrant au moins 500 mL d'O 2 par seconde (30 L·min −1). Les SAGF mécaniques permettent l'anesthésie en circuit complètement fermé. Ils comportent un risque de barotraumatisme. En effet, trois SAGF délivrent des gaz susceptibles d'atteindre à leur sortie une pression de 3,5 bars et quatre autres une pression de 150–200 mmHg. Ils comportent aussi un risque d'hypoxie, soit par fuite préférentielle d'O 2 au niveau du débitmètre correspondant ou de la valve d'O 2 rapide, soit par fuite de mélange de gaz frais au niveau du vaporisateur ou de sa rampe de suspension. Les vaporisateurs comportent un risque de délivrer une concentration de vapeur nettement différente de celle affichée sur le bouton de réglage. C'est pourquoi leur précision doit être vérifiée périodiquement. Une fuite doit être recherchée chaque fois qu'un vaporisateur a été enlevé ou ajouté sur la rampe de suspension. La modalité optimale pour détecter celle-ci est le test de la mise en pression négative du SAGF.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.