Affordable Access

Publisher Website

161 Complications de la chirurgie des ILMI congénitales chez l’enfant : à propos d’une série de 345 cas

Authors
Journal
Revue de Chirurgie Orthopédique et Réparatrice de l Appareil Moteur
0035-1040
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
93
Issue
7
Identifiers
DOI: 10.1016/s0035-1040(07)79534-x
Disciplines
  • Medicine

Abstract

Introduction Les malformations congénitales des membres inférieurs posent manifestement plus de problèmes que les étiologies acquises. Le taux de complications reste important, notamment pour les complications de consolidation et l’enraidissement des articulations adjacentes. Matériel et Méthodes Les résultats de la chirurgie d’égalisation chez 345 patients âgés de 2 à 16 ans (8,7 ans, en moyenne) ont été analysés sur le point de vue des complications. Les critères communs d’évaluation proposés par la SOFCOT (Caton, 1990) ont été utilisés : classification des sujets en trois catégories selon la complication principale. De plus, nous avons distingué les troubles de la reprise de croissance après certains allongements comme une complication de la planification d’égalisation. Résultats et Discussion Au total, 498 interventions d’allongement et 64 interventions de correction des déformations ont été réalisées. Le gain moyen d’allongement fémoral était de 52 mm (21,3 %), et de 48 mm (19,3 %) pour le tibia. Parmi les allongements, 374 étaient initiaux, et 124 itératifs. Les complications ont été classées en « mineures, moyennes, ou majeures » et les résultats ont été classés : catégorie I : absence de complications ou complications mineures disparues à la fin du traitement : 338 cas (60,15 %) ; catégorie II : un traitement chirurgical supplémentaire du fait d’une complication est nécessaire, mais il n’y a pas de séquelles et le programme d’allongement est respecté : 182 cas (32,38 %) ; catégorie III : une complication avec séquelles ou le contract n’est pas respecté tant sur le plan du gain que du temps de traitement ou un ralentissement important de la croissance du segment allongé : 42 cas (7,47 %). En effet, la mobilité des articulations adjacentes et le retentissement sur la croissance spontanée ne peuvent être évaluer que dans 12 mois après ablation du fixateur externe, nous trouvons logique d’estimer ces complications un an après la fin de l’allongement. À noter, que l’allongement de haute fréquence et stimulation de la régénération osseuse permettent de réduire les délais de consolidation et d’éviter des raideurs des articulations. Dans la planification de l’égalisation il est nécessaire d’éviter un allongement itératif à moins de 4 ans d’intervalle et un allongement après le début de la poussée de croissance pubértaire sur les membres inférieurs. Conclusion La technique d’Ilizarov reste la plus efficace dans les malformations congénitales des membres inférieurs chez l’enfant. Dans la plupart des cas (338 allongements ou 60,15 %) nous n’avons pas rencontré de complications ou les sujets présentaient de complications mineures sans laisser de séquelles.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.