Affordable Access

Roy Duncan. Feu les mots / Late Words, coédition : Adage (Montréal) et Maelström (Bruxelles), 2007, 208 p.

Publisher
Société littéraire de Laval
Publication Date
Disciplines
  • Literature
  • Political Science

Abstract

Roy Duncan. Feu les mots / Late Words, coédition : Adage (Montréal) et Maelström (Bruxelles), 2007, 208 p. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Compte rendu [s.a.] Brèves littéraires, n° 77, 2008, p. 103. Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante : http://id.erudit.org/iderudit/41ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 16 February 2014 10:49 Ouvrage recensé : Roy Duncan. Feu les mots / Late Words, coédition : Adage (Montréal) et Maelström (Bruxelles), 2007, 208 p. ROY DUNCAN Roy Duncan. Feu les mots I Late Words, coédition : Adage (Montréal) et Maelstrom (Bruxelles), 2007, 208 p. / photographies de Germain Bouleau / poésie en français (Danielle Shelton, éditrice) et en anglais (Maxianne Berger, éditrice) Homme de loi dans une existence parallèle, le poète Roy Duncan - un pseudonyme - vit au plus près des guerres de pouvoir. Ses vers transcendent la violence de la rue, l'étouf- fement de la prison, le sacrifice des soldats. Une langue criante de vérité, une poésie remplie de désespoir et de souffrances, bouleversante, magnifiée par les percutantes photographies de Germain Bouleau, dont quelques-unes en couleurs, collées à la main comme dans de rares livres d'art. Dans les photographies en noir et blanc se dissimule le poète aux verres fumé

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.