Affordable Access

Publisher Website

Les médecins anesthésistes-réanimateurs en France en 1999 Premiers résultats de l’enquête démographique nationale Cfar-Sfar-Ined

Authors
Publisher
Elsevier SAS
Publication Date
Volume
21
Issue
10
Identifiers
DOI: 10.1016/s0750-7658(02)00815-8
Keywords
  • Anesthésiologie
  • Démographie
  • Activité Professionnelle
  • Ressources Humaines
  • Anaesthesiology
  • Work-Force
  • Manpower
  • Professional Activity
Disciplines
  • Computer Science
  • Geography
  • Medicine
  • Social Sciences

Abstract

Résumé Objectifs : Les craintes exprimées concernant l’évolution de la démographie des anesthésistes-réanimateurs en France ont conduit le Collège français des anesthésistes–réanimateurs (Cfar) et la Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar), en partenariat avec l’Institut national d’études démographiques (Ined) à organiser une enquête nationale auprès de l’ensemble des médecins anesthésistes–réanimateurs. Les trois principaux objectifs étaient de dénombrer la population des médecins anesthésistes-réanimateurs (MAR) exerçant en France, de décrire sa dynamique démographique et d'analyser son activité professionnelle. Méthodes : L’enquête reposait sur un questionnaire individuel auto-administré ayant fait l’objet d’une déclaration à la Commission nationale informatique et libertés (CNIL). L’enquête s’est déroulée fin 1998, dans les 1484 établissements, publics (590) et privés (894) où se pratiquait de l’anesthésie–réanimation, sous le contrôle de référents d’établissements et régionaux. Le dénombrement des postes d’anesthésie–réanimation a abouti à un total de 9741 postes se répartissant pour 5694 dans le public (58 %), 3569 dans le privé (37 %) et 478 dans les établissements participant au service public hospitalier (PSPH) (5 %). L’estimation du nombre d’anesthésistes–réanimateurs à partir du nombre de postes a nécessité une méthodologie de redressement de l’enquête pour tenir compte des non-réponses et des activités multiples. Résultats : L’enquête a permis d’estimer qu’environ 8876 médecins exerçaient l’anesthésie–réanimation en France au début de l’année 1999, dont 216 dans les DOM-TOM. Ce dénombrement rejoint celui effectué par le Conseil de l’Ordre des médecins qui publiait un nombre de 8716 anesthésistes-réanimateurs au 1 er janvier 1999 en France métropolitaine et de 234 médecins dans les DOM-TOM, soit un effectif total de 8950. La croissance démographique annuelle a chuté, de 9 % par an, avant 1989, pour approcher le zéro sur l’année 1999. La masculinisation de la spécialité se poursuit avec une proportion qui n’atteint pas plus de 35,7 % de femmes, de même que le vieillissement, l’âge moyen étant passé de 42,8 ans en 1989 à 45,9 ans en 1999. La pyramide des âges n’est plus celle d’une population croissante, mais d’une population qui vieillit « par le bas ». La densité médicale, de 14,75 anesthésistes–réanimateurs pour 100 000 habitants en 1999, contre 12,9 en 1989, est légèrement supérieure à la moyenne européenne, mais la répartition géographique est très inégale entre le Nord et le Sud, les grandes villes, sièges de CHU et les plus petites, même si une tendance à l’atténuation des différences s’est faite jour. L’étude des diplômes et qualifications, des modes d’exercice et l’analyse de l’activité professionnelle apportent une évaluation chiffrée importante à confronter avec les évolutions démographiques prévisibles. Conclusion : L’évolution démographique prévisible doit intégrer la diminution des entrées dans la spécialité, des cessations d’activité mais aussi les évolutions sociologiques liées à la réduction du temps de travail. Les solutions face à une pénurie annoncée passent par une réorganisation des structures, une redéfinition des tâches et du fonctionnement, sans pour autant faire l’économie d’une correction de trajectoire démographique indispensable.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.