Affordable Access

Publisher Website

Autosurveillance du milieu naturel et connaissance de sa qualité : la Seine en région parisienne

Authors
Journal
Techniques Sciences Méthodes
0299-7258
Publisher
EDP Sciences
Publication Date
Issue
4
Identifiers
DOI: 10.1051/tsm/200804033
Keywords
  • Études

Abstract

Anticipant l’arrêté du 22 décembre 1994 relatif à l’autosurveillance, le Siaap déployait dès 1993 un réseau de mesure d’oxygène dissous en Seine (Odes). Ce réseau comprend 9 stations de mesure et assure la surveillance continue d’un linéaire de 104 km de Seine en aval de Paris. Après plus de 10 ans d’exploitation, il est possible, aujourd’hui, de brosser un tableau des grandes tendances de l’évolution des teneurs en oxygène dissous en aval de l’agglomération parisienne. Alors que les années 1995, 1996 et 1997 ont été marquées par de sévères déficits en oxygène dissous liés aux rejets urbains par temps de pluie (RUTP), on assiste au fil des années à une remontée générale des plus faibles concentrations en oxygène dissous. Parallèlement, les meilleures classes de qualité du SEQ-Eau, “Très Bonne” et “Bonne”, concernant l’oxygène, sont de plus en plus fréquentes sans toutefois atteindre à 100% l’objectif de qualité visé par la directive cadre européenne. Cette évolution s’observe aussi bien à Suresnes, en aval immédiat de Paris, qu’à Meulan, 31 km après les rejets de la station d’épuration de Seine Aval. Une analyse statistique fine du jeu de données, intégrant les paramètres prépondérants (concentration en O2, débit de Seine et température de l’eau) a permis de confirmer cette tendance à l’amélioration et d’évaluer à 10% l’augmentation du niveau moyen d’oxygénation de la Seine sur la période 1995-2004. Le dispositif de surveillance piscicole mis en place par le Siaap, avec le Conseil supérieur de la pêche, permet lui aussi de confirmer cette tendance à l’amélioration avec un nombre d’espèces recensées qui est passé de 14 en 1990 (estimation : 3 espèces dans les années 1970) à 29 en 2006, et le retour visible d’espèces sensibles. Pour poursuivre ou consolider cette amélioration de l’état du peuplement piscicole, le facteur limitant, dans la traversée de l’agglomération parisienne, est aujourd’hui plus à rechercher dans la qualité physique de l’habitat que dans les prochains efforts programmés en dépollution.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.