Affordable Access

Publisher Website

214 Intérêt de l’hospitalisation des patients atteints de neuropathie optique ischémique antérieure aiguë ou d’oblitération artérielle rétinienne, pour la réalisation du bilan étiologique

Authors
Journal
Journal Français d Ophtalmologie
0181-5512
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
32
Identifiers
DOI: 10.1016/s0181-5512(09)73341-8
Disciplines
  • Biology
  • Medicine

Abstract

But Évaluer l’intérêt d’un bilan standardisé au cours d’une hospitalisation chez les patients présentant une neuropathie optique ischémique antérieure aiguë (NOIAA) ou une oblitération artérielle rétinienne (OAR). Matériels et Méthodes Le bilan systématique réalisé au cours de cette étude prospective était le suivant : VS, CRP, NF (en urgence), bilan de coagulation, bilan glucidolipidique, électrophorèse des protéines sériques, homocystéinémie, recherche d’un syndrome des anti-phospholipides, holter tensionnel, écho-doppler des TSA, échographie trans-thoracique, ECG, consultation cardiologique, imagerie cérébrale, champ visuel, angiographie à la fluorescéine, biopsie de l’artère temporale au moindre signe de maladie de Horton. Le bilan était étendu en fonction de l’âge et des premiers résultats. Résultats 46 patients ont été inclus. L’âge moyen était de 73 ans (47-92). 19 patients (41,3 %) ont présenté une OACR, 6 (13 %) une OBACR et 21 (45,7 %) une NOIAA. La durée d’hospitalisation moyenne a été de 8 jours (2-22). La NOIAA était bilatérale dans 1 cas à l’admission et s’est bi-latéralisée dans 1 cas en cours d’hospitalisation. 6 patients ne présentaient aucun facteur de risque. Les facteurs de risque étaient déjà bien équilibrés dans 11 cas sur 46 (23,9 %). Une modification thérapeutique pour équilibration des facteurs de risque a été faite dans 13 cas (28,3 %). Une corticothérapie a été débutée dans 8 cas (6 NOIAA, 2 OAR), l’étiologie était alors une maladie de Horton prouvée dans 2 cas (2 NOIAA) et fortement suspectée dans 6 cas. Dans 8 cas (17,4 %), le patient a du être transféré lors de son hospitalisation ou après sa sortie en service spécialisé (médecine interne, cardiovasculaire ou réanimation). Discussion Dans 63 % des cas, le bilan systématique réalisé au cours de l’hospitalisation a débouché sur une modification de traitement. L’affection sous jacente était potentiellement grave, nécessitant une prise en charge urgente dans un nombre non négligeable de cas. Conclusion Le bilan systématique en hospitalisation a permis dans cette étude une prise en charge multidisciplinaire rapide et adaptée des OAR et des NOIAA. Une modification thérapeutique a été instaurée dans 2 cas sur 3 et près de 1 patient sur 5 a été transféré en milieu spécialisé pour poursuite de la prise en charge.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.