Affordable Access

Monnaie, structure et emploi dans une économie en récession

Authors
Publisher
PERSEE
Publication Date
Disciplines
  • Economics

Abstract

L'article se propose d'analyser l'interdépendance des variables « réelles» et des variables monétaires pendant une période de récession caractérisée par une importance progressivement accrue des secteurs d'activité subissant un excédent d'offre sans que celle des secteurs bénéficiant d'un excédent de demande ne devienne pour autant négligeable. Le préalable d'une telle analyse est un examen approfondi du statut de la monnaie dans les théories de l'emploi, qui montre, d'une part, que les théories de l'emploi ne peuvent être dissociées de la théorie d'une économie monétaire, d'autre part, que les acquis de la théorie de la Préférence pour la Liquidité contenue dans l'analyse statique de la Théorie générale de Keynes peuvent être maintenus au sein d'une problématique privilégiant une dynamique des flux. Suivant cette problématique qui met en rapport les changements de vitesse de l'investissement en capital fixe et les variations de la demande de monnaie poui le motif de financement, il apparaît, d'une part, que l'activité d'investissement commande le sens et l'ampleur des ajustements des prix et de l'emploi qui deviennent asymétriques en période de récession, d'autre part, que dans le cas d'économies ouvertes soumises à une étroite dépendance conjoncturelle, les différences enregistrées au niveau des structures internes entraînent un accroissement des écarts de taux d'inflation et de taux de chômage associés à des variations de change. La surréaction des taux de change en régime de changes flexibles révèle le rôle et l'importance de l'activité de spéculation dont la conséquence est une aggravation des différences structurelles entre les économies concernées.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.