Affordable Access

Untitled (15 juillet 1858)

Authors
Publication Date
Keywords
  • Music
Disciplines
  • Religious Science

Abstract

LA MAÎTRISE, 15 juillet 1858, pp. 55; 57-59. L’Armonia de Florence veut bien, de temps en temps, entretenir ses lecteurs de musique religieuse ancienne et moderne. Ce journal consacrait, il ya quelques mois, un examen à deux compositions écrites spécialement pour la Maîtrise par les deux musiciens les plus illustres de notre époques, savoir: l’O salutaris à quatre voix seules de Rossini, et le Pater Noster, chœur à quatre voix, de Meyerbeer. Comme il est juste que nous sachions en France de quelle manière on apprécie, à l’étranger, les œuvres inspirées par la Maîtrise, nous donnerons cet article de l’Armonia. Nous le ferons néanmoins précéder d’un article plus étendu et plus important que le même recueil vient de publier sur Palestrina, et sur deux œuvres de ce prince de la musique sacrée. Il est bon que nos lecteurs soient informés qu’il existe, à Florence, une Société pour l’étude de la musique classique; cette société doit remonter déjà à plusieurs années, puisque sa deux cent quarante-deuxième séance a eu lieu le 15 du mois de mai dernier. Quoi qu’il en soit, c’est dans cette séance, dont l’Armonia du 31 mai rend compte, que les deux compositions de Palestrina ont été exécutées, sous l’habile direction du professeur Jérémie Sbolci; la première est la messe Æterna Christi munera, que la Maîtrise a donnée tout entière à ses abonnés; la deuxième est un O Salutaris. Nous le disons sincèrement: nous avons vu avec une vraie satisfaction un journal, placé à un point de vue tout différent du nôtre, et ne s’occupant généralement que de musique de théâtre et de concert, faire un éloge pompeux de Palestrina, et représenter l’étude des œuvres de ce grand homme indispensable, non- seulement à tout compositeur qui se destine à la musique d’église, mais encore à quiconque veut se familiariser avec tous les procédés de l’art d’écrire. Nous pouvons d’autant moins passer sous silence le secours inespéré que l’Armonia veut bien nous prêter, que nous étions plus éloigné de n

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.