Affordable Access

Au-delà de la transfiguration du catalogue

Authors
Disciplines
  • Computer Science
  • Education
  • Psychology

Abstract

BBF 2005 Paris, t. 50, no 4 5 D O S S I E R C’est avec cet objet complexe – perçu globalement comme un lieu de re- cherche d’informations et comme l’espace dédié au travail intellectuel et à la lecture – que les usagers (étu- diants, enseignants-chercheurs) sont amenés à interagir plus ou moins in- évitablement dans le cadre d’activités liées à l’enseignement et à la recher- che. Il n’en demeure pas moins que la complexité de l’organisation de la bibliothèque semble neutralisée aux yeux d’usagers tournés vers leurs préoccupations individuelles et leurs représentations (mentales) préalables de l’endroit. Un rapide détour par la psycho- logie nous apprend que la notion d’objet est duale, relevant à la fois d’un paradigme culturel et d’une re- construction locale chez l’individu. Sans chercher à déterminer les rai- sons des concordances ou des diffé- rences entre les caractéristiques de l’objet individuel et ceux de l’objet culturel, il s’avère que le processus qui aboutit à reconstruire chez l’indi- vidu le plus fidèlement possible l’ob- jet culturel (et ses propriétés les plus intéressantes pour lui) passe, entre autres, par la capacité à appréhender les caractéristiques intrinsèques de l’objet culturel. On peut arguer sans grand risque de se tromper que la dif- ficulté à repérer les éléments discri- minants d’un objet culturel conduira à reconstruire chez l’individu un objet local probablement très diffé- rent. Pourquoi la bibliothèque universi- taire considérée sous l’angle de l’objet culturel,et malgré sa vocation à servir les usagers de l’enseignement supé- rieur et de la recherche, ne serait-elle pas inégalement reconstruite chez l’individu ? Cette reconstruction par- tielle ne risque-t-elle pas d’amputer les propriétés les plus significatives de l’objet culturel ou, du moins, les plus profitables à l’individu ramené à la condition d’usager ? Ainsi, et malheureusement pour- rait-on dire, pour la grande majorité des usagers, la bibliothèque demeure un lieu d’accumulation

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.