Affordable Access

L'homme et l'eau dans le bassin du lac Tchad = Man and water in the lake Chad basin

Authors
Publisher
ORSTOM
Publication Date
Keywords
  • Lac
  • Ressources En Eau
  • Eau Souterraine
  • Pluviometrie
  • Secheresse
  • Paleoclimat
Disciplines
  • Biology
  • Ecology
  • Geography

Abstract

Le bassin du lac Tchad, cuvette de 1,5 million de km2, présente un milieu physique très diversifié. La pluviosité y varie de quasiment 0 mm au nord dans le Sahara à plus de 1.000 mm au sud dans les confins de la cuvette congolaise. Les roches les plus anciennes (Antécambrien et Primaire) affleurent à la périphérie, tandis que la plus grande partie de la cuvette est recouverte de formations sédimentaires fluvio-lacustres du Quaternaire. Parmi les tributaires du lac Tchad, c'est de loin le Chari, augmenté des eaux du Logone, qui contribue le plus à son alimentation (95 % des apports fluviaux). La superficie du lac, peu profond, varie considérablement en fonction de la pluviométrie annuelle. Dans les régions les plus arides, ce sont essentiellement les nappes fossiles qui constituent la ressource en eau. Comme l'ont montré les études géologiques, palynologiques, ainsi que les témoignages historiques, la dernière sécheresse de ces vingt dernières années, particulièrement sévère et longue, a été précédée par toute une série de périodes analogues au cours du dernier millénaire. Les problèmes de mise en valeur ne résultent pas uniquement du manque d'eau (risque de salinisation), mais aussi de sa qualité, voire, comme dans le sud, de sa surabondance (terres inondées). Le développement durable nécessite une approche interdisciplinaire qui associe les aspects physiques, biologiques et sociaux. (Résumé d'auteur)

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.