Affordable Access

George Hartley : un contrevenant légendaire

Authors
Publisher
Les Éditions Cap-aux-Diamants inc.
Publication Date
Disciplines
  • Political Science

Abstract

George Hartley : un contrevenant légendaire Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Article Dorothy-Ann Donovan Cap-aux-Diamants : la revue d'histoire du Québec, n° 28, 1992, p. 67. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/8000ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 17 February 2014 03:00 « George Hartley : un contrevenant légendaire » DANS LES ARCHIVES George Hartley: un contrevenant légendaire L) alcool a alimenté, à travers l'histoire, de nombreuses controverses. Décrié par les autorités ecclésiastiques, ce «poison pour le cerveau», le fut aussi par les gouverne- ments de nombreux pays qui l'accusent de produire la pauvreté, la misère, l'aliénation mentale, le vice et le crime. Qu'ils aient voulu en contrôler le débit peut donc paraître tout à fait logique. Au Canada, les divers paliers de gouverne- ments tentent de contrôler, voire enrayer l'in- tempérance. Comme dans plusieurs États américains, les sociétés de tempérance se multiplient au \iv siècle et s'appuient sur des lois de plus en plus coercitives, tel l'Acte de la tempérance de 1878. Malgré cela, la consommation de boisson alcoolique continue de progresser. À preuve, dans la seule province de Québec, entre 1871 et 1875, chaque habitant consomme e

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.